Visiblement, y'a pas le feu à Gland

Le sémaphore de l'échangeur de Gland devrait bientôt être remis à neuf.
07 août 2015, 14:29
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_8626503.jpg

Cela n'aura pas échappé aux automobilistes empruntant le très fréquenté échangeur d'autoroute de Gland. Depuis plus de onze semaines, le panneau indiquant la localité ainsi que les feux de signalisation font grise mine. La faute à un camion-grue qui n'a pas suffisamment abaissé son chargement.

A la division entretien-région Ouest de la Direction générale de la mobilité et des routes (DGMR), le matériel de remplacement est prêt depuis une dizaine de jours et on espère pouvoir intervenir rapidement. Mais une donnée est venue compliquer la tâche de la DGMR. "Des lignes à haute tension passent au-dessus de la zone, explique Marc-André Luy, responsable d'exploitation pour la région Ouest. On ne va évidemment pas laisser monter quelqu'un là-haut sans avoir préalablement coupé le courant." En effet, dans ce genre de cas, la probabilité de la formation d'un arc électrique est très élevée.

Des travaux complexes

Une contrainte qui a nécessité de trouver l'exploitant de la ligne électrique afin d'être en mesure de coordonner la mise hors tension de cette dernière et le travail des hommes de la division d'entretien. "La durée de la coupure de courant devrait être d'approximativement deux heures, poursuit Marc-André Luy. Nous devons déterminer qui sera impacté et les en informer." Ce type de travaux mobilise des véhicules lourds dont l'indispensable nacelle de raccordement. Par conséquent, une voie de circulation devra être fermée aux usagers durant la durée de l'intervention qui, heureusement pour le trafic, se déroulera de nuit. Sur les deux heures prévues, une est dévolue aux tests de la nouvelle installation et au réglage des feux. "Je vous laisse imaginer les conséquences dramatiques qu'entraînerait le mauvais calibrage d'un feu de circulation dans un secteur tel que celui-ci" , conclut Marc-André Luy.

Du côté des autorités glandoises, on s'impatiente. "On ne nous tient pas suffisamment informés sur l'évolution de la situation", commente Michael Rohrer, municipale en charge de la sécurité publique, de la population et des transports. La date des travaux tant attendus devrait être connue en fin de semaine. GBT