Prison à vie confirmée pour un des auteurs du drame d'Epalinges

La Cour de Cassation du Tribunal cantonal vaudois a confirmé lundi la prison à vie prononcée à l'encontre d'un des assassins d'un retraité battu à mort lors d'un cambriolage à Epalinges (VD) fin 2008. Un nouveau recours au Tribunal fédéral n'est pas exclu.
03 août 2015, 22:14
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
tribunal_dma

Invités par le Tribunal fédéral à revoir la motivation de la peine, les juges cantonaux ont estimé que les circonstances de l'assassinat justifiaient une peine privative de liberté à vie. Ils ont fustigé le comportement «particulièrement cruel et lâche» de l'accusé, un Albanais âgé de 30 ans.

Le meurtrier a fait preuve d'une absence totale de scrupules. Il s'est acharné sur sa victime, un homme âgé à terre et dans l'incapacité de se défendre. Il a agi par appât du gain, le mobile le plus vil, et s'est enfermé dans un déni massif, niant toute participation à ce crime.

Son avocat, Me Jean Lob, s'est étonné de la «disparité de peines» entre les deux accusés. «Je pense que mon client recourra une deuxième fois au Tribunal fédéral», a-t-il déclaré à chaud. Le deuxième cambrioleur, un Suisse de 25 ans, avait écopé d'une peine de 16 ans de réclusion, qui est désormais définitive.

Après avoir passé une soirée ensemble et consommé de la cocaïne, les deux jeunes gens s'étaient rendus au domicile d'un couple de retraités à Epalinges, au petit matin du 29 décembre 2008. Fâchés de ne trouver qu'une faible somme d'argent dans le coffre, le duo avait roué de coups le mari sous les yeux de son épouse. L'homme de 67 ans était décédé avant l'arrivée de l'ambulance.