Région: les obsèques laïques sont en augmentation

Plus d'un tiers des Suisse souhaite des funérailles laïques. Une tendance qui s'observe aussi dans la région.
07 août 2015, 12:44
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
La fréquentation des centre funéraires communaux est en augmentation.

Les défunts suisses boudent l'Eglise. C'est ce que révèle le Centre de recherche sur les religions de Lucerne. Plus d'un tiers de la population helvétique opterait ainsi pour des funérailles laïques. Un phénomène qui s'observe de plus en plus dans les districts de Morges et Nyon, comme l'explique Pierre de Mestral des Pompes Funèbres Cassar. "Beaucoup de gens souhaitent encore que les cérémonies se déroulent dans un temple ou une église. En revanche, certains ne veulent plus qu’il y soit fait mention de Dieu.»

La tendance est confirmée par Jean-Pierre Ruchat, responsable du centre funéraire de Nyon. "Le centre est de plus en plus sollicité. Il s'agit d'un lieu intime et totalement neutre." Mais il existe encore d'autres alternatives aux funérailles à l'église.

A Nyon, on peut utiliser la salle communale à cet effet mais aussi la Ferme du Manoire, utilisée régulièrement pour les séances du Conseil communal. Cette dernière possibilité a été autorisée par les autorités il y a trois ans. La décision fait suite aux obsèques du cinéaste nyonnais Guy Milliard organisée dans ce lieu en avril 2010.

Certains ont flairé le filon. Il s'agit des "célébrants", des pros de l'adieu laïc qui opérent dans tout le pays. Mais il semble qu'ils ne soient pas très visibles dans la région: "Nous ne faisons appel à eux que deux ou trois fois l'an", informe Pierre de Mestral.

Retrouvez l'enquête complète sur ce phénomène de société dans notre édition de lundi.