Réservé aux abonnés

«Vous devez me croire schizophrène»

Arboriculteur de métier, Nicolas Varidel devient Pierre Lautomne sur scène. Le chanteur mélancolique pense ses chansons comme un jardin.
06 oct. 2016, 23:48
/ Màj. le 07 oct. 2016 à 00:01
DATA_ART_10543427

alexandre caporal

info@lacote.ch

«On va parler de musique? Alors appelle-moi Pierre», nous lance le jeune cinquantenaire au look décontracté, sourire aux lèvres. Il nous serre la main devant l’Usine à gaz de Nyon, là où, ce soir, il se produira pour présenter son projet de double album, «La Friche», dont le premier volet a été dévoilé il y a une année.

Le musicien genevois agrémentera la setlist de quelques morceaux de la deuxième partie, en attendant une sortie prochaine. Pour se confier, Pierre Lautomne nous dirige vers une terrasse en bord de lac, à l’ombre des arbres.

Depuis ses débuts en 1986...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois