30.01.2017, 23:45  

Les pasteurs face au suicide assisté

Abonnés
chargement
Les pasteurs sont encouragés à offrir un accompagnement au demandeur et à ses proches, mais on laisse à leur jugement la possibilité d’intervenir ou non au moment même du suicide.

 30.01.2017, 23:45   Les pasteurs face au suicide assisté

VAUD L’Eglise évangélique réformée a récemment fait parvenir à ses employés une recommandation sur l’accompagnement du suicide assisté.

noriane rapin - PROTESTINFO

info@lacote.ch

Préférant ne pas imposer de directives éthiques, le Conseil synodal laisse aux ministres le choix de la marche à suivre et la possibilité de ne pas intervenir.

«On ne saurait donner ici de directives éthiques définitives tant les positions des uns et des autres varient en fonction de leur approche des questions touchant au respect de la...

noriane rapin - PROTESTINFO

info@lacote.ch

Préférant ne pas imposer de directives éthiques, le Conseil synodal laisse aux ministres le choix de la marche à suivre et la possibilité de ne pas intervenir.

«On ne saurait donner ici de directives éthiques définitives tant les positions des uns et des autres varient en fonction de leur approche des questions touchant au respect de la vie, de la dignité et de la liberté individuelle.» Cet extrait de la recommandation du Conseil synodal de l’Eglise évangélique réformée vaudoise (EERV), donne le ton du document transmis aux ministres ce mois-ci et intitulé «Assistance au suicide et accompagnement pastoral».

L’exécutif y rappelle, d’une part, qu’il n’est pas question de juger du bien-fondé des demandes de suicide assisté et, d’autre part, que la vie humaine, selon la Bible, se définit surtout comme un ensemble de relations. Les pasteurs sont donc encouragés à offrir un accompagnement au demandeur et à ses proches avant et après l’acte, mais on laisse à leur jugement la possibilité d’intervenir ou non au moment même du suicide.

Etre présent... Jusqu’où?

C’est ce dernier point qui est à l’origine de la recommandation élaborée avec Dominique Troilo, coordinateur cantonal des aumôneries d’EMS. Ce dernier explique: «Des demandes sont de plus en plus régulièrement adressées aux pasteurs. Ces derniers sont d’accord d’offrir un accompagnement en amont, puisque nous sommes là pour écouter la personne dans ce qu’elle vit, et en aval, pour la famille. Mais ils s’interrogent sur leur rôle pendant la prise de la potion létale, et ils m’ont souvent interpellé à ce sujet.» Il ajoute: «J’ai souvent été confronté à des cas de suicide, tous traumatisants pour les proches. Même dans un cas de suicide assisté, ce n’est pas toujours aussi paisible qu’on l’imagine. Personnellement, je n’arrive pas à m’imaginer être avec une personne lorsqu’elle se donne la mort, je sais que cela laisserait des traces. Et plusieurs collègues sont dans mon cas.»

Sarah Golay, pasteure de la paroisse de Chailly-la Cathédrale, a accompagné à deux reprises une situation de suicide assisté. Son approche est différente. «Je suis là pour les vivants, dans leurs choix que je n’ai pas à juger. Si la personne qui a choisi de se donner la mort est paisible, je dois cheminer à ses côtés. Je dois aussi vérifier auprès d’elle et de ses proches si leurs attentes vis-à-vis de moi sont compatibles. Après, je me mets à disposition et j’accompagne comme je le peux. Même si la situation est difficile pour moi, mon rôle, c’est d’être là. Je ne souhaite pas me dérober par confort.»

Le choix aux ministres

Que penser du fait que l’EERV ne prenne pas position? «A mon sens, il y a une prise de position, celle de laisser la liberté aux ministres», explique Dominique Troilo. «J’étais opposé à ce que l’on en fasse un règlement. D’une part, les professionnels sont assez grands pour faire les choix qui s’imposent lorsqu’ils se présentent. D’autre part, il s’agit de situations profondément humaines pour lesquelles une approche légaliste n’est pas adéquate.»

Sarah Golay apprécie également l’option du Conseil synodal: «Cette question est très personnelle pour les pasteurs. Elle les renvoie à leur propre rapport à la mort et les confronte à une situation extrêmement violente. C’est une bonne chose que la recommandation ne culpabilise pas ceux qui refusent d’entrer en matière et rassure ceux qui proposent un accompagnement. Pour moi qui ai déjà été dans cette situation, cela me réconforte de savoir que j’étais un peu «dans la ligne», si tant est qu’il y en ait une.»


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top