La banque JPMorgan supprime de 16 à 19'000 emplois

chargement

Licenciements La banque américaine annonce la suppression de milliers d'emplois d'ici à fin 2014. Le total se porte entre 16 et 19'000 dont la grande majorité aura lieu dans des activités hypothécaires.

  26.02.2013, 18:54
JPMorgan était jusqu'ici considérée comme un gestionnaire de risque doué, n'ayant jamais annoncé de perte durant la crise financière.

La banque américaine JPMorgan Chase va supprimer des milliers d'emplois d'ici à fin 2014 dont 4000 cette année. Les départs se concentrent dans la banque de détail où elle automatise ses activités et allège son dispositif de traitement des défauts sur les prêts.

La banque, première des Etats-Unis en termes d'actifs, va éliminer au total 4000 emplois en 2013, principalement dans sa division de banque de détail et essentiellement par non remplacement des départs naturels, a-t-elle indiqué mardi.

Cela représente 1,5% des effectifs du groupe, qui s'élevaient à près de 259'000 personnes fin 2012. JPMorgan Chase met ainsi un coup d'accélérateur dans ses réductions de postes, qui n'ont atteint qu'un peu moins de 1200 personnes sur l'ensemble de 2012.

Grâce aux mesures annoncées mardi, JPMorgan Chase compte économiser autour d'un milliard de dollars en 2013, a indiqué sa directrice financière Marianne Lake lors d'une journée d'investisseurs.

La banque de détail va faire l'objet de coupes sombres: 16'000 à 19'000 emplois vont être supprimés au total dans la division d'ici à fin 2014, dont 13'000 à 15'000 dans les activités de prêts hypothécaires.

Licenciements inéluctables

"Nous espérons donner de nouveaux emplois dans JPMorgan Chase à autant de personnes que possible mais les départs naturels ne suffiront pas" et des licenciements sont donc à prévoir, a précisé une porte-parole interrogée par l'AFP. Les dirigeants de la banque et les porte-parole n'ont toutefois pas détaillé les baisses d'effectifs nettes prévues en 2014.

JPMorgan est la dernière banque de Wall Street en date à trancher dans ses effectifs, même si elle se porte mieux que la plupart de ses consoeurs.

En janvier, Morgan Stanley avait décidé de 1600 suppressions de postes, Citigroup en a annoncé 4500 en décembre. Bank of America, la banque américaine qui a le plus de mal à se remettre de la crise, avait pour sa part lancé une vaste restructuration en 2011 qui incluait la suppression de 30'000 postes sur plusieurs années.

En Europe aussi, le secteur bancaire en proie à la crise de la dette et au scandale du Libor, entre autres, fait une cure d'amaigrissement.

Les banques ont dû embaucher des milliers de personnes pendant la crise pour gérer un véritable raz-de-marée de défauts de paiements. Alors que le marché immobilier s'est redressé, les défauts se tarissent et les banques comme JPMorgan ou Bank of America réduisent leurs effectifs dans ces secteurs d'activité.

D'autres réductions d'effectifs vont également avoir lieu en banque de détail alors que JPMorgan compte sur une plus grande automatisation des transactions bancaires: augmentation des dépôts par appareils mobiles, des dépôts de chèques ou espèces par distributeurs automatiques, etc.

Ouverture d'agences

Malgré les coupes annoncées, la banque compte ouvrir 200 agences d'ici à fin 2014, mais celles-ci seront plus petites que par le passé. Le personnel des agences va diminuer de 20% d'ici à 2015 grâce à des départs naturels. Au total, JPMorgan Chase table sur 59 milliards de dollars (54,8 milliards de francs) de dépenses pour l'exercice en cours, contre 60,1 milliards en 2012.

Lors de l'introduction de la journée d'investisseurs, le directeur général Jamie Dimon a souligné que la banque avait la possibilité d'effectuer d'"énormes économies d'échelles", notamment en ce qui concerne l'exécution et la compensation des transactions (back office).

La banque américaine a dégagé l'an dernier un bénéfice net en hausse de 12% à 21,3 milliards de dollars, malgré une perte de 6 milliards environ en raison de paris risqués sur des dérivés de crédit qui ont mal tourné, l'affaire dite de "la baleine de Londres" révélée en mai.

En termes de chiffre d'affaires, la banque a fait moins bien que prévu en 2012 avec une légère baisse à 97 milliards de dollars, contre 97,2 milliards en 2011.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

REVENUSSalaire minimum: un socle à inscrire dans la loiSalaire minimum: un socle à inscrire dans la loi

Mise en gardeAchats d’aliments sur le web: des informations fiables manquent trop souventAchats d’aliments sur le web: des informations fiables manquent trop souvent

EnquêteCredit Suisse: la Finma reproche de «graves violations» dans l’affaire des filaturesCredit Suisse: la Finma reproche de «graves violations» dans l’affaire des filatures

BanquePrêts suspects au Mozambique: Credit Suisse verse 475 millionsPrêts suspects au Mozambique: Credit Suisse verse 475 millions

Monde numériqueFacebook prévoit de créer 10’000 emplois en Europe pour son «métavers»Facebook prévoit de créer 10’000 emplois en Europe pour son «métavers»

Top