La colère gronde contre le pouvoir pharaonique que s'arroge Morsi

chargement

Egypte Les Égyptiens étaient massivement rassemblés mardi sur la place Tahrir au Caire pour protester contre la décision de Mohamed Morsi de s'octroyer des pouvoirs exceptionnels.

  27.11.2012, 19:42
le président Mohamed Morsi.

 

Des dizaines de milliers d'Egyptiens étaient rassemblés mardi sur la place Tahrir au Caire pour protester contre la décision de Mohamed Morsi de s'octroyer des pouvoirs exceptionnels. Il s'agit de la plus forte mobilisation contre le président islamiste depuis son élection en juin.
 
"Dégage!", scandaient de nombreux manifestants, reprenant le slogan emblématique de la révolte populaire qui avait chassé du pouvoir le président Hosni Moubarak en février 2011.
 
Plusieurs cortèges sont arrivés dans l'après-midi sur la célèbre place du centre de la capitale égyptienne, pour dénoncer également le puissant mouvement dont est issu le président, les Frères musulmans.
 
"Les Frères musulmans sont des menteurs", pouvait-on lire sur une pancarte brandie par un manifestant, tandis qu'une banderole proclamait: "Interdit aux Frères musulmans".
 
Plus tôt dans la journée, des heurts sporadiques avaient eu lieu près de la place Tahrir, aux abords de l'ambassade des Etats-Unis, entre des jeunes et la police anti-émeutes qui répondait aux jets de pierres par des tirs de gaz lacrymogènes.
 
Au Caire, un manifestant de 52 ans est mort après avoir inhalé du gaz. Il s'agit du second décès survenu lors de manifestations depuis jeudi, date de la publication du décret controversé.
 
Les accrochages, qui ont lieu depuis une semaine, sont dénoncés par de nombreux manifestants anti-Morsi présents à Tahrir, désireux de garder un caractère pacifique à leur manifestation.
 
Ailleurs dans le pays, des milliers de personnes hostiles au président Morsi se sont réunies à Alexandrie, deuxième ville du pays, tandis que des centaines d'autres descendaient dans les rues de la station balnéaire réputée de Charm el-Cheikh, sur la mer Rouge.
 
A El-Mahalla El-Koubra dans le delta du Nil, sympathisants et opposants au président égyptien ont échangé des jets de pierres et certains ont lancé des cocktails Molotov. Neuf personnes ont été transportées à l'hôpital, selon un médecin qui s'attend à des dizaines d'autres blessés.
 
Décret maintenu
 
Après une rencontre avec la hiérarchie judiciaire lundi, M. Morsi a décidé de maintenir le décret controversé par lequel il s'est autorisé à prendre toute mesure jugée nécessaire pour "protéger la révolution".
 
Ce décret, annoncé le 22 novembre, a provoqué la colère d'une grande partie du monde judiciaire et de la classe politique, en plaçant les décisions présidentielles à l'abri de tout recours en justice.
 
Unique inflexion apparente, seuls ses "pouvoirs souverains" - dont la définition reste vague - sont hors d'atteinte des juges, a indiqué la présidence, laissant entendre que les décisions de routine pourraient toujours être soumises aux magistrats.
 
Le décret empêche également la justice d'examiner les recours contre le processus de rédaction de la Constitution, que ses adversaires estiment dominé par les islamistes.
 
Dans son décret, le président a aussi demandé "de nouveaux jugements" dans les affaires de meurtres de manifestants lors de la révolte de 2011, faisant planer une menace sur certains hauts responsables de la sécurité, voire un nouveau procès pour Hosni Moubarak. Ce point répond à une demande pressante de l'opposition et d'une grande partie de l'opinion.
 
Avertissement du FMI
 
Alors que l'Egypte a besoin d'aide pour relancer son économie, le Fonds monétaire international (FMI) a averti qu'un "changement majeur" dans la politique économique du pays pourrait remettre en cause le pré-accord sur le plan d'aide de 4,8 milliards de dollars (3,72 milliards de francs).
 
"L'examen de cet accord par le conseil d'administration du FMI requiert qu'il n'y ait aucun changement majeur dans les perspectives économiques et les politiques prévues" en Egypte, a indiqué Wafa Amr, une porte-parole du Fonds dans un communiqué.
 
La porte-parole cite notamment comme condition "l'adoption d'un budget 2012-2013 révisé qui reflète les mesures prévues sur les impôts et les dépenses".

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Mise en gardeAchats d’aliments sur le web: des informations fiables manquent trop souventAchats d’aliments sur le web: des informations fiables manquent trop souvent

EnquêteCredit Suisse: la Finma reproche de «graves violations» dans l’affaire des filaturesCredit Suisse: la Finma reproche de «graves violations» dans l’affaire des filatures

BanquePrêts suspects au Mozambique: Credit Suisse verse 475 millionsPrêts suspects au Mozambique: Credit Suisse verse 475 millions

Monde numériqueFacebook prévoit de créer 10’000 emplois en Europe pour son «métavers»Facebook prévoit de créer 10’000 emplois en Europe pour son «métavers»

FiscalitéRéforme de la taxation des multinationales: plus de 200 entreprises suisses seraient touchéesRéforme de la taxation des multinationales: plus de 200 entreprises suisses seraient touchées

Top