19.04.2018, 00:01
Lecture: 6min

«Nuisible pour la Suisse»

Premium
chargement
Thomas Jordan dans la salle de la direction générale de la BNS à Zurich, ornée des portraits d’anciens dirigeants de l’institution.
Par Yves Genier

Thomas Jordan est en quelque sorte Monsieur franc suisse. Président de la Banque nationale suisse (BNS), il dirige l’institution qui pilote la politique monétaire helvétique selon un mécanisme huilé par des générations d’économistes et de banquiers. Si, aujourd’hui, il prend la parole, c’est pour dénoncer l’initiative «Monnaie pleine», soumise au vote le 10 juin prochain, qui...

À lire aussi...

CommerceDroit des marques: l’Allemand Otto perd contre le Suisse Otto’sDroit des marques: l’Allemand Otto perd contre le Suisse Otto’s

ColèreCoronavirus: l'Allemagne demande à l'UE de suspendre le ski jusqu'au 10 janvierCoronavirus: l'Allemagne demande à l'UE de suspendre le ski jusqu'au 10 janvier

AVSPolitique: le peuple suisse n’a plus approuvé de réforme de retraite depuis 25 ansPolitique: le peuple suisse n’a plus approuvé de réforme de retraite depuis 25 ans

EconomieMarché du travail: les perspectives pour l’emploi en Suisse sont «sombres», selon l’OFSMarché du travail: les perspectives pour l’emploi en Suisse sont «sombres», selon l’OFS

COMMERCE DE DÉTAILConsommation: le Black Friday creuse un fossé entre les grands et les petits commerçantsConsommation: le Black Friday creuse un fossé entre les grands et les petits commerçants

Le Black Friday divise les commerçants

Tandis que les grandes surfaces et commerces en ligne se réjouissent, les petits commerçants, peu visibles, font la...

  26.11.2020 06:46
Premium

Top