19.04.2018, 00:01
Lecture: 6min

«Nuisible pour la Suisse»

Premium
chargement
Thomas Jordan dans la salle de la direction générale de la BNS à Zurich, ornée des portraits d’anciens dirigeants de l’institution.
Par Yves Genier

Thomas Jordan est en quelque sorte Monsieur franc suisse. Président de la Banque nationale suisse (BNS), il dirige l’institution qui pilote la politique monétaire helvétique selon un mécanisme huilé par des générations d’économistes et de banquiers. Si, aujourd’hui, il prend la parole, c’est pour dénoncer l’initiative «Monnaie pleine», soumise au vote le 10 juin prochain, qui...

À lire aussi...

AmbitionsMarchés financiers: la Bourse suisse veut racheter celle de MilanMarchés financiers: la Bourse suisse veut racheter celle de Milan

RecordAlimentation: les Suisses ont dépensé 103 francs par an pour des produits équitablesAlimentation: les Suisses ont dépensé 103 francs par an pour des produits équitables

revue de presseRumeurs de fusion entre UBS et Credit Suisse: réactions dans les médiasRumeurs de fusion entre UBS et Credit Suisse: réactions dans les médias

RestructurationGeneral Electric: 436 postes menacés sur le site d’OberentfeldenGeneral Electric: 436 postes menacés sur le site d’Oberentfelden

SciencesPour une rénovation énergétique plus respectueuse. La chronique immobilière de l’EPFLPour une rénovation énergétique plus respectueuse. La chronique immobilière de l’EPFL

Top