Petroplus Holdings obtient un sursis concordataire définitif de 6 mois

chargement

Pétrole Petroplus Holdings, en proie à de graves difficultés financières, peut reprendre son souffle. Le tribunal cantonal de Zoug lui a accordé mercredi un sursis concordataire définitif de six mois. La raffinerie de Cressier espère un répit également.

  28.03.2012, 12:55
Petroplus à Cressier

Pas plus tard que mardi, le site neuchâtelois, à la recherche  d'un repreneur, a aussi requis un sursis concordataire définitif de six mois. Une décision du juge du tribunal régional de Boudry doit tomber sous peu. Le site est à l'arrêt depuis la mi-janvier.  Quelque 260 employés sont concernés. «Le Temps» évoque dans son édition d'aujourd'hui une nouvelle offre d'achat formulée pour Cressier.

La raffinerie de Cressier et Petroplus Holdings bénéficiaient  chacun depuis janvier d'un sursis concordataire provisoire de deux  mois, comme le prévoit la loi. Les procédures sont distinctes. La  maison mère a perdu le contrôle de ses filiales.

Le groupe, qui dispose de cinq raffineries en Europe, compte  désormais négocier la cession de ses actifs au bénéfice de ses  créanciers.

Décote demandée

Entré à la Bourse suisse en 2006, il a en outre demandé mercredi  la décote de ses titres ainsi que de ses obligations convertibles.  Dernier jour de négoce, le 11 mai prochain. Les obligations  convertibles seront échangées sur le segment des obligations  radiées, précise le communiqué.

Suite à cette demande de retrait, l'action Petroplus dégringolait  mercredi matin. Elle lâchait 56,9% en fin de matinée, pour ne valoir  plus que 31 centimes.

Au printemps 2011, l'action valait encore 15 francs et 3,84  francs avant l'annonce, fin décembre, des gros problèmes du groupe.  En 2006, le prix d'émission du titre avait été fixé à 63 francs et  avait atteint 69,95 francs le premier jour de cotation.

L'entreprise, qui n'est plus en mesure de publier des résultats  financiers consolidés, a également déposé une demande de dispense  s'agissant de ses obligations en matière de rapports et  d'informations. Sont concernés notamment la publication de ses  comptes du quatrième trimestre 2011 et son rapport annuel.

Pour mémoire, outre la raffinerie de Cressier, Petroplus cherche  également à céder ses quatre autres sites. Pour l'heure, seul celui  d'Anvers, en Belgique, a trouvé un repreneur. Le géant du négoce  pétrolier Gunvor entend boucler dans les semaines à venir la  transaction. «Le Temps» évoque dans son édition d'aujourd'hui une nouvelle offre d'achat formulée pour Cressier.

Petroplus employait jusqu'à sa déconfiture 2500 collaborateurs à  Cressier, à Petit-Couronne (France), Anvers (Belgique), Coryton  (Grande-Bretagne) et Ingolstadt (Allemagne).


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Mise en gardeAchats d’aliments sur le web: des informations fiables manquent trop souventAchats d’aliments sur le web: des informations fiables manquent trop souvent

EnquêteCredit Suisse: la Finma reproche de «graves violations» dans l’affaire des filaturesCredit Suisse: la Finma reproche de «graves violations» dans l’affaire des filatures

BanquePrêts suspects au Mozambique: Credit Suisse verse 475 millionsPrêts suspects au Mozambique: Credit Suisse verse 475 millions

Monde numériqueFacebook prévoit de créer 10’000 emplois en Europe pour son «métavers»Facebook prévoit de créer 10’000 emplois en Europe pour son «métavers»

FiscalitéRéforme de la taxation des multinationales: plus de 200 entreprises suisses seraient touchéesRéforme de la taxation des multinationales: plus de 200 entreprises suisses seraient touchées

Top