Un millionnaire chinois voudrait racheter le "New York Times"

chargement

médias Le Chinois Chen Guangbiao, fortune du recyclage, s'est dit prêt à racheter le "New York Times" ou d'autres médias américain ayant de l'influence. Le journal n'a pas encore exprimé de réponse claire.

  31.12.2013, 15:05
Un millionnaire chinois voudrait racheter le "New York Times"

Un magnat chinois du recyclage de déchets a annoncé mardi son intention d'engager des négociations en vue d'un rachat du "New York Times".

Chen Guangbiao a la réputation d'être un philanthrope excentrique. En janvier dernier, alors que plusieurs villes de Chine subissaient un épisode de pollution sévère, il avait fait distribuer des canettes d'"air frais".

Mais il assure que son projet de rachat du "New York Times" est tout à fait sérieux et qu'il y travaille depuis plus de deux ans. Il précise qu'il doit rencontrer le 5 janvier un "actionnaire de premier plan" du groupe de presse américain.

"Il n'y a rien qui ne puisse être acheté au juste prix", a-t-il déclaré à Reuters. Il est peu probable que le "New York Times", dont le capital est depuis longtemps contrôlé par la famille Ochs-Sulzberger, soit disposé à se vendre à Chen Guangbiao.

Une porte-parole du groupe américain, contactée après la publication dans la presse chinoise de plusieurs articles sur le projet du magnat chinois, a déclaré que l'entreprise ne commentait pas les rumeurs. Son président, Arthur Sulzberger Jr, a récemment affirmé que le Times n'était pas à vendre.

Chen Guangbiao estime que l'entreprise américaine vaut un milliard de dollars (890 millions de francs) mais il se dit prêt à négocier.

Il ajoute que, ses moyens étant limités, il a convaincu un homme d'affaires de Hong Kong (qui souhaite selon lui rester anonyme) d'apporter 600 millions de dollars au projet, le solde restant à sa charge.

"Si nous agissons avec sincérité et bonne foi, je pense que le président du Times changera sa manière de penser", a-t-il dit. S'il ne parvient pas à prendre le contrôle du groupe de presse, il entend au moins en devenir actionnaire, poursuit-il.

Le classement Hurun des plus grosses fortunes de Chine estime que la fortune de Chen Guangbiao représentait environ 740 millions de dollars en 2012.

L'homme d'affaires explique que son intention n'est pas de propager des idées politiques mais plutôt ses idéaux de "paix sur la Terre, de protection de l'environnement et de philanthropie".

"Si je rachète le Times, le journal ne publiera que la vérité et il devra vérifier toutes ses informations", a-t-il ajouté, précisant qu'il aimerait que chaque foyer chinois soit abonné au quotidien.

Si son projet échoue, précise-t-il, il se tournera vers CNN, le "Washington Post" ou le "Wall Street Journal". "Tant qu'ils ont une certaine influence, je suis prêt à envisager le rachat d'autres médias", dit-il.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

FINANCE «VERTE»Finance et climat: "Davantage de banquiers se déplacent à vélo aujourd’hui qu’hier"Finance et climat: "Davantage de banquiers se déplacent à vélo aujourd’hui qu’hier"

EconomieL'inflation remonte: feu de paille ou tendance durable?L'inflation remonte: feu de paille ou tendance durable?

FINTECHUne start-up romande anticipe les krachs boursiersUne start-up romande anticipe les krachs boursiers

Prévoir les soubresauts financiers

La start-up romande Alquant anticipe les krachs boursiers avec un algorithme basé sur une méthode qui prédit les...

  10.06.2021 06:42
Premium

FISCALITÉLa décision de l'impôt minimal à 15 % par le G7 met la pression aux cantonsLa décision de l'impôt minimal à 15 % par le G7 met la pression aux cantons

Le G7 met la pression aux cantons

L’accord du G7 sur une imposition minimale de 15% des grandes entreprises oblige les cantons à jouer fin.

  09.06.2021 06:57
Premium

CONSOMMATIONL’inflation frappe durement le BrésilL’inflation frappe durement le Brésil

Top