Réservé aux abonnés

Jim Jarmusch réenchante nos vies

22 déc. 2016, 00:33
/ Màj. le 22 déc. 2016 à 00:53
PATERSON_D06_0197.ARWpaterson1

De «Stranger than Paradise» à «Broken Flowers», en passant par «Dead Man», Jim Jarmusch a développé une œuvre à nulle autre pareille, qui mixe sensibilité américaine et culture cinéphile européenne. Tournant peu (douze longs métrages en quelque trente-six ans de carrière), l’auteur de «Down by Law» nous gratifie aujourd’hui avec «Paterson» d’un véritable bain de jouvence cinématographique, qui constitue l’antidote rêvé aux prétendus films de Noël, dont l’hystérie tapageuse aurait de quoi faire fuir tous les anges de nos campagnes!

Jarmusch a titré son nouveau film à la fois en référence à son p...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an