Réservé aux abonnés

Le yuppie qui avait le sexe triste

Souffrant d'addiction sexuelle, un cadre new-yorkais maîtrise à la perfection le dégoût de soi. Une étude clinique troublante où éclate le talent de l'acteur Michael Fassbender.
04 août 2015, 00:31
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_5623047

Star de l'art contemporain, le cinéaste Steve McQueen (II) a abordé le cinéma en 2008 avec "Hunger" (Caméra d'or au Festival de Cannes de la même année) qui relate avec un réalisme quasiment insupportable la grève de la faim menée par l'activiste irlandais Bobby Sands (déjà interprété par Michael Fassbender), jusqu'à ce que mort s'ensuive. "Shame" ("La honte"), son second long métrage, semble a priori très éloigné du dolorisme exacerbé de son premier essai, pourtant le thème du martyre reste très prégnant, mais traité d'une toute autre manière, comme on va pouvoir le constater!

Un vide abyssal...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois