Réservé aux abonnés

"Quelqu'un pour me maintenir en vie"

Inspirateur du film à succès "Intouchables", l'ex-homme d'affaires devenu tétraplégique, Philippe pozzo, évoque son lien indéfectible avec son garde-malade, Abdel, un ex-caïd de banlieue.
03 août 2015, 19:19
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_5490011
De là où il est - "dans la campagne d'Essaouira, entre les dromadaires, les chèvres, les moutons et les tourterelles" - Philippe Pozzo di Borgo ne doit pas tout saisir du phénomène. Celui né du film dont il est l'un des héros par procuration et qui, projeté une nuit de septembre dernier sur "le mur pas très propre de l'enceinte" de sa maison, plongea ses proches dans un mutisme ému. Preuve, selon lui, que Nakache et Toledano, les réalisateurs d'Intouchables, avaient "atteint l'état de grâce" . Une heure et cinquante-deux minutes venaient de défiler à la belle étoile, pour raconter dix ans ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an