Réservé aux abonnés

Tout l'art de la transformation

Racontant la vie d'un couple dont l'homme a décidé de devenir une femme, Xavier Dolan aborde l'amour, la vie et l'identité par le biais de la transsexualité. Le film a fait sensation à Cannes.
06 août 2015, 14:45
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_6435385.jpg

Après "J'ai tué ma mère" (2009), récit d'un matricide fantasmé, et "Les amours imaginaires" (2010), romance pop de jeunesse, le jeune cinéaste québécois livre un film fleuve débordant d'énergie, de courage et de poésie! "Laurence anyways" appartient en plein au très bon cinéma d'auteur, un cinéma qui ose non seulement la métaphore, mais aussi la comparaison, de façon directe et explicite. Ainsi, lorsque ses personnages se sentent submergés d'émotions, Dolan n'hésite pas à déverser des trombes d'eau, des tourbillons de feuilles mortes, des paquets de neige, ou directement à secouer les badauds ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois