Cursiosity découvre d'anciennes traces d'eau sur la planète Mars

chargement

Espace Des graviers provenant vraisemblablement d'un lit de ruisseau qui coulait dans le passé, ont été découverts par le robot Curiosity, en exploration sur Mars depuis le 6 août.

  28.09.2012, 07:24
Le robot de la NASA Curiosity (photo d'archive) a découvert des graviers qui devaient paver le lit d'un ancien ruisseau sur Mars.

Le robot américain Curiosity, sur Mars depuis le 6 août, a découvert des graviers provenant apparemment du lit d'un ancien ruisseau qui dans le passé coulait vigoureusement dans cette zone, ont annoncé jeudi des responsables de la mission scientifique.

D'autres indices de la présence passée de l'eau sur la planète rouge ont déjà été observés mais jamais de tels sédiments laissés par de l'eau, ont-ils précisé. "C'est la première fois que nous voyons des graviers transportés par de l'eau sur Mars", a dit William Dietrich de l'Université de Californie, un des scientifiques de la mission.

"Ceci est une transition entre des hypothèses quant à la taille des matériaux transportés par un écoulement d'eau et une observation directe de ces derniers", a-t-il ajouté. Les images transmises par Curiosity montrent des graviers cimentés dans une couche de roches conglomérées.

Les tailles et les formes de ces cailloux donnent une idée de la vitesse et de la distance de l'écoulement de ce ruisseau, selon ces scientifiques.

Longues distances

"A partir de la taille de ces graviers, on peut en déduire que l'eau s'écoulait à environ 0,91 mètre par seconde" et avec une profondeur d'un mètre environ, soit la distance de "la cheville à la hanche".

La forme arrondie de certains de ces cailloux indiquent qu'ils ont été transportés sur de longues distances depuis le haut du bassin où un "canal" appelé "Peace Vallis" rejoint l'écoulement alluvial.

"La forme de ces graviers révèle qu'ils ont été transportés et leur taille (plutôt importante, ndlr) confirme qu'ils n'ont pas été transportés par le vent mais par le flot de l'eau", a souligné Rebecca Williams du Planetary Science Institute à Tucson (Arizona), membre de l'équipe scientifique de Curiosity.

L'abondance de canaux dans ce bassin alluvial laisse penser que ces écoulements d'eau étaient continus ou répétés au cours d'une longue période, et non pas occasionnels ou même durant seulement quelques années, ont expliqué ces scientifiques.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Petit écranGame of Thrones, Breaking Bad, The Wire: quelles sont les meilleures séries du 21e siècle?Game of Thrones, Breaking Bad, The Wire: quelles sont les meilleures séries du 21e siècle?

Bande dessinéeLe 39e album d’Astérix dans les bacsLe 39e album d’Astérix dans les bacs

CHANCELoteries: le Swiss Loto fait deux nouveaux millionnairesLoteries: le Swiss Loto fait deux nouveaux millionnaires

Livre«Quatre heures, vingt-deux minutes et dix-huit secondes», de Lionel Shriver«Quatre heures, vingt-deux minutes et dix-huit secondes», de Lionel Shriver

Un marathon pour le petit-déjeuner

Après «Il faut qu’on parle de Kevin», Lionel Shriver continue à déconstruire les idées reçues avec un humour ravageur....

  11.10.2021 20:00
Premium

Petit écranSquid Game: 5 choses à savoir sur la série phénomène du momentSquid Game: 5 choses à savoir sur la série phénomène du moment

Top