Réservé aux abonnés

Antoine Jaquier se faufile

L'écrivain nyonnais vient de recevoir le prix Edouard Rod. Portrait.
07 août 2015, 14:21
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_8494345.jpg

cgavlak@lacote.ch

Un tatouage de serpent s'enroule autour d'un de ses majeurs. La main d'Antoine Jaquier accompagne la parole. Le doigt précise, en même temps que le mot. Puis, la même main saisit une cigarette électronique, dont les volutes accompagnent un silence au milieu du flux de paroles. Contrairement au serpent, Antoine Jacquier, né à Nyon en 1970, n'est pas un sinueux. Plutôt l'inverse. Il regarde droit dans les yeux, parle franchement et beaucoup. En particulier quand on le questionne sur ses activités littéraires.

Depuis la sortie de son premier roman, il y a une année, il s'est p...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois