Brésil: les jeux olympiques à la mode indigène (galerie photos)

La ville brésilienne de Cuiabà accueille en ce moment quelque 1600 athlètes, issus de 48 ethnies différentes. Tous participent aux Jeux des Peuples Indigènes.
07 août 2015, 12:00
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
epa03941892 Brazilian young indigenous men participate in a fire ceremony at the opening of Brazilian Indigenous Games in Cuiaba, Brazil, 08 November 2013. 1600 indigenous from 48 Brazilian ethnic groups will compete in ten traditional disciplines.  EPA/Fernando Bizerra Jr.

Depuis 2007, date de l'attribution de la Coupe du monde 2014, le Brésil boit, mange et pense football. Mais entre les stades en travaux, l'explosion des coûts, les affrontements, le pays voit son rêve tourner au cauchemar. Des préoccupations mercantiles qui ne touchent pas (ou peu) les quelque 800'000 indigènes qui y vivent.

A quelques kilomètres de l'agitation footballistique, non loin du bassin amazonien, se déroule une autre compétition. Mais ici, point de caméra de télévision. Encore moins de panneaux publicitaires géants. Ce sont les Jeux des Peuples Indigènes... Jusqu'au 16 novembre, la ville brésilienne de Cuiabà accueille quelque 1600 athlètes, issus de 48 ethnies différentes, tous venus pour célébrer ces joutes olympiques version "aborigène" (à découvrir en images dans notre galerie photo).

Après la traditionnelle cérémonie du feu sacré et la bénédiction des chamans (pour que les forces divines voient l'évènement d’un bon oeil), toutes ces communautés s'affrontent dans dix épreuves différentes. A commencer par les plus "occidentales", comme le football, la natation ou l'athlétisme. Mais aussi dans des disciplines sont plus inhabituelles, à l'image de la course de "tora" (un relais de cinq athlètes dont le témoin est une grosse bûche), voire carrément exotiques, par exemple la montée à l'Açaizero, un palmier caractéristique du nord du Brésil.

Remporter une épreuve ne donne droit à aucune médaille. Car "O importante não é competir, e sim, celebrar", comme le rappelle la page d'accueil du site "Jogos dos Povos Indigenas". Même ceux qui ne parlent pas un mot de portugais auront identifié le célèbre credo attribué à Pierre de Coubertin, légèrement modifié pour l'occasion: "L’important n’est pas de concourir mais de célébrer". Une maxime respectée à la lettre cette fois...