En direct du Paléo: la soirée de vendredi

Ce soir un direct consacré au musicien nyonnais RomBeads. Objectif: ne pas lâcher l'animal de la soirée et partager avec lui est ses compères cette première fois à Paléo en tant qu'artiste. Rendez-vous aux alentours de 17 heures!
07 août 2015, 14:00
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
photo_rombeads_dizzl_01

 

01h19. Cette fois c'est la bonne, RomBeads monte sur la scène du Club Tent. Je suis intimement persuadé que son concert sera mémorable. À presque 50 ans le monsieur va remuer Paléo!    

 

 

00h10. RomBeads monte sur scène dans une heure et des poussières. Il est passé minuit et le bonhomme de 49 ans ne semble pas fatigué le moins du monde. De mon côté, je rêve déjà de mon lit douillet. Je m'interroge sur la force apparement inépuisable qui anime Romy. 

Au grès de nos discussions, il aborde son amour pour le sport. Il ma parle de son passé de nageur à haut niveau, de ses souvenirs en tant qu'entraîneur adjoint de l'équipe de Suisse de natation au Mondiaux de 1986 à Madrid, il sourit lorsqu'il évoque son titre de champion du monde de slalom en roller conquis à l'Arena de Genève dans les années 1990. Je commence à comprendre d'où lui vient cette formidable énergie. 

 

 

22h47. Je traverse le quartier oriental en compagnie de Magali et RomBeads. Je pose à Romy une question qui me taraude depuis longtemps: comment ça marche un musicien qui fait de l'électro? "Je triture une matière musicale existante. Je travaille sur des loops qui me plaisent. Je prépare ce concert depuis le mois de mai, la musique électronique telle que je la conçois exige un gros boulot en amont".

Je manque de trébucher plusieurs fois dans la boue alors que nous nous dirigeons en direction du bar La Plage, RomBeads veut saluer un ami qui y travaille le temps du festival. Il me présente Yuri, 21 ans, alias Dirtymadsound, un musicien que Romy affectionne particulièrement. "Il avait 17 ans quand je l'ai connu lors d'une soirée durant laquelle il mixait. Il passait du Deftones. Ça ne pouvait que coller entre nous".

 

 

 

20h45. La bande à RomBeads profite du confort du restaurant des artistes. Buffet d'entrées, service à table, le tout dans un cadre agréable et protégé (une nappe sur une table à Paléo, imaginez!), les artistes sont chouchoutés par le festival.

N'ayant pas de précieux ticket restaurant, je me rabats sur le bar du coin presse tout proche et on y trouve rien à manger. Un oiseau défèque sur mon majeur.

 

 

Flash info par Rodolphe Haener. Brève rencontre émouvante quelques minutes avant le concert de Maxime Leforestier avec Daniel Rossellat. Les deux hommes se connaissent depuis 40 ans, comme La Côte le relatait dans son journal de jeudi. Dans les loges, ils ont échangé quelques souvenirs. Puis le chanteur est parti se préparer pour le concert des Arches.

Retrouvez nos photos lundi dans La Côte.

 

 

Flash info par Fabienne Morand. On s'abrite comme on peut. Ici, derrière la terrasse:

 

 

 

20h. La pluie s'abat avec force sur Paléo, alors que les Français de Skip the Use donnent leur concert sur la Grande scène. Quelques minutes plus tôt, je discutais avec Magali, compagne et agent de RomBeads. "J'aimerais faire plus encore, Romy est vraiment bon." Promouvoir un artiste demande beaucoup de temps mais aussi un véritable réseau dans le milieu."J'ai bien sûr dû m'y mettre. Je suis plutôt à l'aise en communication donc certains aspects du métier d'agent ne me posent pas de problème. C'est plutôt du côté des contacts que les choses sont compliquées, il nous faudrait un tourneur."

RomBeads m'expliquait un peu plus tôt, qu'à l'époque on lui avait conseillé d'être de toutes les soirées afin de se constituer un réseau. "J'ai bientôt 50 ans, je suis en couple, j'ai une petite fille et j'habite à La Rippe, alors finir tous les soirs à 4 heures du matin ce n'est plus possible".   

 

18h20. Nous allons jeter un coup d'œil au concert des Ogres de Barback, Rombeads n'est pas fan mais respecte les musiciens et leur parcours. Sur scène, les Ogres déploient leurs innombrables instruments. J'en profite pour demander à RomBeads ce que ça lui fait de voir ce genre de "big band", lui qui est seul sur scène. "C'est compliqué un groupe, il faut savoir gérer les envies et les égos de chacun. Ça demande beaucoup d'énergie. Mon statut d'homme-orchestre me convient parfaitement. Je suis mon propre maître".

Nous retournons en direction des loges du Club Tent, Mika, le VJ, discute technique avec des amis. Je n'y comprends strictement rien.

 

 

17h20. Me voilà dans les loges du Club Tent. RomBeads est déjà là avec une partie de sa tribu. Sa compagne et agent Magali, Mika VJ, Linda et Catherine camerawomen chargées d'immortaliser le concert et Miguel, ami fidèle. La troupe est détendue et très sympathique. 

Lors d'un premier bref entretien avec RomBeads, ce dernier me confie sa satisfaction d'être à Paléo. À bientôt 50 ans, le bonhomme déguste comme il se doit cette reconnaissance tardive.
"Je viens du punk, ça aide à rester jeune. Je pense que c'est en partie pour ça que j'arrive à faire de la musique qui plaît aux jeunes. Je pense que tous les artistes ont gardé leur âme d'enfant."

Sur la scène du Club Tent, le punk gitan de Palko!Muski fait vibrer le sol des loges.  Nous partons retrouver trois autres amis de la bande.

 

 

16h30. Attention la météo de ce vendredi soir pourrait être assez mouvementée. En fin d’après-midi déjà, des orages sur le Jura pourraient déborder en plaine. Le risque orageux sera toujours présent durant la soirée. Plus tard dans la nuit arrivée probable d’averses orageuses en provenance du sud-ouest. Veillez à bien vous équiper si vous comptez fouler le terrain de la plaine de l’Asse ce soir.