Le Musée des Beaux-Arts de Berne va reprendre la très controversée collection Gurlitt

Le Musée des Beaux-Arts de Berne accepte le lourd héritage de la collection Gurlitt, dont certaines oeuvres auraient été spoliées par les nazis durant la Seconde guerre mondiale. Celles-ci resteront dans un premier temps en Allemagne.
07 août 2015, 14:29
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le Musée des Beaux-Arts de Berne serait prêt à enquêter et à retrouver les propriétaires des oeuvres contestées.

Le Musée des beaux-arts de Berne accepte l'héritage de la controversée collection Gurlitt, a annoncé lundi à Berlin le président du conseil de fondation du musée Christoph Schäublin. Les oeuvres soupçonnées d'avoir été spoliées ou extorquées durant la période nazie resteront pour l'instant en Allemagne.

Selon M. Schäublin, le Musée a trouvé un accord étendu avec le Land de Bavière et la République fédérale d'Allemagne. Les oeuvres soupçonnées d'avoir été spoliées ou extorquées sous le régime nazi resteront pour l'instant en Allemagne. Il reviendra à la task-force mise sur pied de déterminer leur origine, afin de pouvoir les restituer.

L'Allemagne s'engage de plus à payer les frais liés à la restitution des tableaux. L'accord sera signé ce lundi avec la ministre allemande de la culture Monika Grütters et le ministre bavarois de la justice Winfried Bausback.

La collection a été constituée par Hildebrand Gurlitt, marchand d'art en vue sous le régime nazi. Son fils Cornelius Gurlitt, mort en mai dernier à Munich, avait choisi le Musée des beaux-arts de Berne comme légataire universel. La cousine du collectionneur allemand a annoncé vendredi dernier par la voix de son avocat avoir fait valoir son droit à l'héritage auprès du tribunal compétent en matière successorale.

La collection compte environ 1600 peintures, dessins et gravures. Il est probable qu'elle contienne des oeuvres d'art considérées comme "dégénérées" par les nazis, volées et spoliées, et vendues bien en dessous de leur valeur réelle par leurs propriétaires en détresse durant la Deuxième Guerre mondiale.

Le Conseil fédéral espère une restitution rapide des oeuvres volées
 
Le Conseil fédéral salue la convention conclue entre le Musée des beaux-arts de Berne, la République fédérale d'Allemagne et l'Etat libre de Bavière dans le cadre de l'héritage de la collection Gurlitt. Le gouvernement espère une restitution rapide à leurs propriétaires des oeuvres spoliées.

La convention est basée sur les Principes de Washington, signés en 1998 par 43 Etats dont la Suisse. Ces derniers servent de ligne de conduite au niveau international en matière d'art spolié. La convention permettra de poursuivre le travail de clarification de l'origine des oeuvres.

La Confédération estime essentiel que les oeuvres qui auraient été spoliées puissent être rapidement restituées à leurs propriétaires, écrit lundi l'Office fédéral de la culture dans un communiqué.