Le Plateau suisse rapidement recolonisé à la fonte des glaces il y a 20'000 ans

Après la dernière ère glaciaire, il y a 20'000 ans environ, l'homme a recolonisé le Plateau suisse plus rapidement que supposé. C'est ce que montrent des datations d'os et des analyses archéologiques de chercheurs neuchâtelois, soutenus par le Fonds national suisse (FNS).
06 août 2015, 09:37
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le village de Nods, sur le Plateau de Diesse, vu depuis Chasseral.

Lorsque la dernière ère glaciaire a atteint son pic, il y a 19'000 à 25'000 ans, la Suisse était presque entièrement recouverte d'une couche de glace pouvant atteindre jusqu'à 2000 mètres d'épaisseur. La vie n'a pu se redéployer dans ces régions qu'après la fonte des glaces, au cours des millénaires qui ont suivi.

La question de savoir à quel moment les premiers hommes ont  recolonisé le plateau, de même que celle de l'origine de ces  populations étaient jusqu'ici l'objet de controverses. Une hypothèse postulait que pendant cette ère glaciaire, aucune population humaine ne vivait en Europe centrale, et que cette dernière n'avait été  recolonisée qu'après le réchauffement par des populations venues du sud-ouest de l'Europe.

Cette hypothèse est erronée, comme l'a montré un groupe de recherche emmené par Werner Müller et Denise Leesch, spécialistes en  archéozoologie de l'Université de Neuchâtel.

Datation plus précise

De nouvelles datations d'os d'animaux, remontant à l'époque magdalénienne, montrent en effet que les occupations du bord du lac de Neuchâtel et du nord-ouest de la Suisse sont 500 à 1000 ans plus  anciennes que l'on pensait. «Il y a 17'000 ans, des hommes vivaient de nouveau sur le plateau suisse», explique Denise Leesch, citée  dans un communiqué du FNS.

Certains os découverts dans les grottes du Jura bâlois, qui n'étaient pas recouvert par les glaces, datent même d'il y a 22'000  à 24'000 ans. Pendant la dernière ère glaciaire, il y avait donc bel et bien un peuplement humain en Europe centrale, et c'est à partir de là que l'homme a rapidement recolonisé la Suisse, selon ces  travaux publiés dans la revue «Quaternary International».

Pas de migrations hivernales

La datation par radiocarbone de 29 os d'animaux, découverts sur dix sites archéologiques, s'est avérée particulièrement instructive.  Il s'agissait surtout d'os de chevaux sauvages et de rennes. «Certains os mis au jour par les fouilles avaient déjà été datés,  mais au moyen d'une méthode moins précise», explique Werner Müller.

En outre, les chercheurs neuchâtelois ont découvert dans des  grottes certains indices de peuplement pendant l'hiver. Il est donc  clair que pendant le Magdalénien, les hommes vivaient durant toute l'année en Suisse. Contrairement à ce que l'on avait imaginé, ils ne migraient pas chaque automne vers le Sud de la France.