Réservé aux abonnés

Le réchauffement climatique sous le prisme poétique de Mia Couto

par Daniel Bujard
07 août 2015, 14:31
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_8656866.jpg

"La Pluie ébahie"

Mia Couto

Editions Chandeigne, 93 pp.

Senaller est un petit village comme des milliers d'autres en Afrique. Un de ces villages au nom choisi dont on ne rêve que de partir, tant il rassemble toute la misère du monde. Dans ce village, dont on devine que la seule richesse est le sourire de ses habitants, il ne pleut plus. La pluie est en suspens, comme figée, collée dans les nuages. La puissance des marabouts et des commandeurs de la pluie est sans effet, le fleuve est à sec et la sécheresse menace, rendant le spectre de l'apocalypse bien présent.

A la lecture du dernier opus de...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an