Réservé aux abonnés

Léo Tardin, le jazz sous haute influence

L'Usine à gaz accueille samedi le multi-claviériste suisse Grand Pianoramax.
03 août 2015, 19:25
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_5494219

info@lacote.ch

Vous pensiez le jazz définitivement relégué aux oubliettes? Il n'en est rien. Samedi soir, l'Usine à gaz de Nyon accueille le multi-claviériste suisse Léo Tardin alias Grand Pianoramax, de retour en terres natales après une décennie passée à battre le pavé new-yorkais. Armé de ses claviers analogiques et accompagné du batteur zurichois Dominik Burkhalter et du poète américain Black Cracker, le musicien y défendra sa propre vision de la musique improvisée. Une musique urbaine, hybride, aux croisements des genres, ce que le jazz a toujours été. Avant son concert nyonnais, Léo Tar...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois