Un bilan "positif" pour le 18e Visions du Réel de Nyon

chargement

CINÉMA Avec passé 25 000 entrées (+ 4000 par rapport à 2011), le festival Visions du Réel affiche un bilan positif et regarde vers l'avenir sereinement.

Par RH
  27.04.2012, 20:30
Ambiance à la Place du Réel du festival, mercredi en début de soirée.

Pour le comité, la satisfaction est double : d’abord le public a répondu présent, mais surtout la ligne artistique a su séduire professionnels comme spectateurs. C’est donc sereinement que le directeur du festival Luciano Barisone et le président Claude Ruey regardent vers l’avenir.

Vendredi soir à Marens, les lauréats des différentes catégories ont été révélés. Dont les long-métrages : DE REGELS VAN MATTHIJS (MATTHEW’S LAWS)de Marc Schmidt, KOVASIKAJUTTU (THE PUNK SYNDROME) de J-P Passi et Jukka Kärikkäinen, 900 DAGEN (900 DAYS) de Jessica Gorter.

Retrouvez dans notre édition de lundi l’article complet.

PALMARÈS DE LA 18e EDITION, 20 AU 27 AVRIL 2012

Le Jury Compétition internationale longs métrages, composé de Anna Glogowski

(directrice de festival – France), Simon Kilmurry (producteur exécutif - Etats-Unis) et Peter Liechti (cinéaste – Suisse) décerne le :

 Grand Prix La Poste Suisse pour le meilleur long métrage de la Compétition internationale, CHF 20'000 à:

 

DE REGELS VAN MATTHIJS (MATTHEW’S LAWS)de Marc Schmidt, Pays-Bas

Avec amour et courage le cinéaste nous place dans un face à face avec son ami d'enfance. Ce film

transgresse la frontière du monde inconnu et mystérieux de l'autisme.De Regels Van Matthijs nous offre

un regard unique sur l'expérience de l'amitié et de l'auto détermination d'un autiste confronté aux

exigences de la société.

 et le

 Prix spécial La Poste Suisse pour le long métrage le plus innovant de la Compétition internationale, CHF 10'000 à

 KOVASIKAJUTTU (THE PUNK SYNDROME)de J-P Passi et Jukka Kärikkäinen,

Finlande. Avec générosité et beaucoup d'humour, The Punk Syndrome propose une célébration vibrante du plaisir. Ce film n'est pas seulement une chaleureuse rencontre avec des personnes traditionnellement en marge de la société, mais aussi une oeuvre de cinéma rigoureuse et inspirée.

 

Et attribue une mention spéciale à :

 900 DAGEN (900 DAYS)de Jessica Gorter, Pays-Bas

900 Jours révèle un épisode tragique de l'histoire à la lumière de gens ordinaires qui l'ont vécu. Avec

maîtrise, la cinéaste crée des connexions surprenantes entre l'horreur et l'humanité.

 

Le Jury Compétition internationale moyens et courts métrages, composé de Irène

Challand (cheffe de l’unité documentaire TV – Suisse), Sean Farnel (programmateur de festival - Canada) et Cristina Nord (journaliste et critique de cinéma – Allemagne) décerne le

Prix George foundation pour meilleur moyen métrage de la Compétition internationale,

CHF 10'000 à:

 LE GOSSE (THE KID)de Louise Jai l lette, France

La réalisatrice a trouve un sujet remarquable, un garçon entre l enfance et l adolescence dans une France rurale. Son regard d auteur est réaliste et sensible. Le Jury a particulièrement apprécie son intensité, sa curiosité et son honnêteté.

 

Le Prix George foundation pour le moyen métrage le plus innovant de la Compétition internationale, CHF 5'000 à :

 L’ÂGE ADULTE (ADULTHOOD)de Eve Duchemin, Belgique/France

Deux jeunes adultes écrasés par le poids de leur Environnement socio-économique cherchent leur idéal de vie. La réalisatrice parvient a y déceler leur beaute interieure et leur dignité dans ce contexte de grand précarité.

 Le Prix La Mobilière pour le meilleur court métrage de la Compétition internationale, 5'000 CHF à :

 NOS JOURS, ABSOLUMENT, DOIVENT ÊTRE ILLUMINÉSde Jean-Gabriel Périot, France.

Le film décline avec poésie et virtuosité un sentiment de libération et d empathie. Il y parvient en utilisant le son et l image avec élégance et simplicité et plonge le spectateur dans une expérience multiple et unique.

 

Le Prix spécial La Mobilière pour le court métrage le plus innovant de la Compétition internationale, CHF 2'500 à :

 ENKEL DER GESCHICHTE (SPINACH AND SUGAR)de Laura Laabs, Al lemagne

Une jeune cinéaste consacre un film à sa grand-mère. Elle aborde ce thème commun avec assurance, détermination, joie et astuce ce qui apporte un nouveau regard sur la mémoire et la transmission de l’histoire allemande.

 Et attribue une mention spéciale à :

 3 DNI WOLNOSCI (3 DAYS OF FREEDOM)de Lukasz Borowski , Pologne.

Une méditation profonde sur le sens de la liberté perdue et retrouvée.

  

Le Jury Cinéma Suisse, composé de Fabienne Abramovich (auteure-productrice – Suisse), Ruth

Diskin (distributrice internationale – Israël) et Gregorio Paonessa (producteur – Italie) décerne le

Grand Prix SSA/Suissimage pour le meilleur long métrage suisse toutes sections confondues, CHF

15'000 à: 

HIVER NOMADEde Manuel von Stürler, Suisse

Le jury décerne le meilleur prix à HIVER NOMADE – de Manuel von Stürler / Louise Production pour avoir su révéler, à travers ce fascinant voyage, le talent particulier et étonnant de son réalisateur, qui parvient à exploiter le potentiel cinématographique des deux protagonistes principaux et de leur incroyable alchimie. Ces nomades modernes vivent une aventure hors du temps, mais toujours profondément enracinée dans le présent. Le réalisateur de ce premier long-métrage documentaire crée, à travers le pouvoir de sa photographie, la subtilité du montage et l’utilisation de la Musique, la magie de la simplicité.

 Et le

Prix spécial du Jury – SRG SSR pour le long métrage suisse le plus innovant, toutes sections confondues,CHF 10'000 à : 

AMORE CARNEde Pippo Delbono, Italie/Suisse

Le jury donne le prix SSA / SUISSIMAGE / pour le Film Suisse le plus innovant a AMORE CARNE de Pippo Delbono pour la force lyrique de ce magnifique poème qui nous entraîne dans la puissance de son monde intérieur. Le talent du performer utilise la nouvelle technologie avec intelligence et au service de sa nécessité d’exprimer son désir de vie et de liberté. La caméra devient une partie intégrante de son corps et nous donne à partager son expérience au travers de la force de ses images.

 Et attribue une mention spéciale à :

 WHERE THE CONDORS FLYde Carlos Klein, Suisse/Al lemagne/Chi l i

Le jury décerne une mention spéciale à ce documentaire audacieux, émouvant, original et plein d’humour, pour sa réflexion sur l’art de la réalisation et de la création – véhiculée non seulement par l’esprit et l’intelligence mais aussi plutôt par la force physique, l’instinct et l’intuition ; le jury décide de saluer ce film et de lui accorder une éloge spéciale pour la manière dont il célèbre la vie et ses merveilles.

 

Le Jury Regard neuf, composé de Catherine Bizern (directrice de festival – France), Boris

Gerrets (cinéaste - Pays-Bas) et Pierre-Yves Vandeweerd (cinéaste – Belgique), décerne le

Prix Regard Neuf de l’Etat de Vaud pour un premier long métrage de la Compétition Internationale, des Helvétiques ou d’État d’esprit, CHF 10'000 à :

 SCHILDKRÖTENWUT (THE TURTLE’S RAGE)de Pary El-Qalqui l  Allemagne. Un film d’une grande lucidité qui est né de l’urgence à revenir sur le traumatisme de l’exil. Chaque image contribue à la reconstruction devant la camera d’une relation en ruine. A partir de la confrontation entre la cinéaste et son père, entre le rêve d’un pays et la réalité d’un voyage, le film fait apparaître un cheminement qui est une histoire possible, d’abord pour eux deux, mais aussi pour tous. Tout au long de la semaine, la pertinence de ce film – et l’impertinence de sa cinéaste – nous ont accompagnés. Le film gagnant est aussi remarquable par la justesse de son titre.

  

Le Jury du jeune public, composé de Margaux Clivaz, Noélie Lecoanet, Thomas Perez, Alicia Pugin et Élodie Spack, décerne le Prix du Jeune Public – Société des Hôteliers de la Côte pour le meilleur film de la section Premiers Pas, CHF 3’000 à :

 AFTER de Lukasz Konopa, Royaume-Uni

After de Lukasz Konopa est primé pour l’originalité avec laquelle il aborde un sujet maintes fois exploité. A travers une forme cohérente, le cinéaste réussit à faire coexister dans ses plans les objets d’une mémoire douloureuse et leur mise en scène prête à être consommée. Cette ambiguïté questionne à l’aide d’une subtile ironie la place et la conservation des lieux de mémoire dans notre société.

 Et le

 Prix de postproduction – C-Side d’une valeur de CHF 5'000 pour le meilleur film suisse de la section Premiers Pas à :

 MAN HASTAM (J’EXISTE – I AM) de Tara Parsa, Suisse

Dans une société où l’autocensure est quotidienne, la puissance de Man Hastam de Tara Parsa émane d’un choix formel où les plans noirs et les non-dits sont aussi poignants et explicites que les témoignages enregistrés. Tout comme les iraniens, ne pouvant pas se montrer pour ce qu’ils sont, le film lui-même est légitimé par cette contrainte et ne peut pas exister autrement que sous cette forme.

 

Le Jury interreligieux, composé de Roza Berger-Fiedler (cinéaste, productrice – Allemagne), Alain le Goanvic (président Pro-Fil – France), Marie-Thérèse Mäder (membre du groupe de recherche « médias et religion », Université de Zürich – Suisse) et Mehdi Sahedi (auteur et réalisateur – Suisse), décerne le Prix Interreligieux pour un long métrage de la Compétition Internationale qui met en lumière des questions de sens et d’orientation de la vie, CHF 5'000 à : 

900 DAGEN (900 DAYS)de Jessica Gorter, Pays-Bas

Le film a pour thème le siège de Léningrad pendant la Deuxième Guerre Mondiale, présenté à des niveaux différents. Grâce à une construction précise et émouvante des images et des sons, la réalisatrice réussit à montrer l’opposition entre les souvenirs personnels exprimés par les témoins et l’instrumentalisation de l’histoire par le pouvoir politique. Les destins individuels mettent en question le point de vue sur le passé et révèlent la manipulation des hommes et de leurs souvenirs.

 et attribue une mention spéciale à :

 DE REGELS VAN MATTHIJS (MATTHEW’S LAWS)de Marc Schmidt, Pays-Bas

La rencontre du cinéaste avec son ami, qui souffre d’autisme, est filmée avec sensibilité. Les images restituent avec tact et authenticité l’incapacité du cinéaste et de l’entourage de Matthijs de changer son destin. 

 

Le Jury Prix Buyens-Chagol, composé de Lydia Chagoll (cinéaste – Belgique), Tanja Meding (productrice – Etats-Unis) et Paolo Moretti (programmateur de festival – Italie), décerne le

Prix Buyens-Chagol, pour une oeuvre à dimension humaniste qui met en lumière des récits développant des valeurs qui donnent sens à l’avenir des hommes, CHF 5'000 à,

 SNAKE DANCEde Manu Riche et Patrick Marnham, Belgique/Irlande/Pays-Bas.

 Film dont le thème est l’arme atomique, donc d’intérêt universel, Snake Dance nous montre aussi l’exploitation d’ouvriers, l’enrichissement d’une multinationale pour ce « produit » qui contient le danger de l’anéantissement de la vie et la spoliation de la terre. De par son approche inusuelle sur le nucléaire dans le passé, le présent et le futur, sans faire appel à des images d’archives, le film, par sa valeur éthique et esthétique, est d’une originalité exceptionnelle.

 

Prix du Public de la Ville de Nyon pour le meilleur film de la section État d’esprit, CHF 10'000 est décerné à :

 LA VIERGE, LES COPTES ET MOI, de Namir Abdel Messeh, France.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

SORTIRExpo, ateliers créatifs, marché: nos 3 idées de sortie pour la fin de semaineExpo, ateliers créatifs, marché: nos 3 idées de sortie pour la fin de semaine

FestivalCet été, le Venoge Festival propose un «Entre 2» totalement helvétiqueCet été, le Venoge Festival propose un «Entre 2» totalement helvétique

MorgesA Morges, le Livre sur les quais régalera les esprits et les papillesA Morges, le Livre sur les quais régalera les esprits et les papilles

SortirJazz, théâtre, afterwork: nos 3 idées de sortie pour la fin de semaineJazz, théâtre, afterwork: nos 3 idées de sortie pour la fin de semaine

En balade (4/6)Au Creux-du-Van, les vertiges du cirqueAu Creux-du-Van, les vertiges du cirque

Top