Réservé aux abonnés

Un opéra sur la vie d’Aloïse Corbaz

Inspiré de la vie de la célèbre créatrice d’art brut, «La cantatrice» s’invite dans la cour du château. Un hymne à la création.
13 juil. 2016, 23:29
/ Màj. le 14 juil. 2016 à 00:01
DATA_ART_10313352

Il était une fois une jeune couturière vaudoise qui rêvait de devenir cantatrice. Une vocation qui ne plaisait pas à tout le monde. Tombée follement amoureuse d’un prêtre défroqué, elle est envoyée en Allemagne par sa sœur aînée afin d’éponger le scandale. Là, elle devient gouvernante à la cour de l’empereur Guillaume II, dont l’aura enflamme son âme. Rentrée en Suisse à la veille de la Première Guerre mondiale, elle est internée en 1918 pour schizophrénie à l’asile psychiatrique de Cery, avant de rejoindre la Rosière à Gimel en 1920, où elle commence à écrire et dessiner sur sa table de repas...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois