Ça bouchonne dans les cimetières européens

chargement

Société Les scientifiques font face à un nouveau casse-tête: les cadavres du 21e siècle ne redeviennent plus poussière. Changement d'alimentation, excès de sel ou pollution: le temps de décomposition des corps est de plus en plus long.

Par FW
  27.02.2014, 13:15
La durée de vie de nos morts s'est considérablement allongée.

Les cimetières de Suisse, d'Autriche ou d'Allemagne refusent les nouveaux venus. La place en sous-sol ne se libère plus aussi vite qu'autrefois. Avant, il fallait au maximum 10 ans à un corps humain pour se décomposer. Aujourd'hui, même après 40 ans, la décomposition n'est pas totale.

“C’est comme s’ils avaient mariné dans des produits conservateurs”, a expliqué un entrepreneur allemand au Sunday Telegragh. Pour résoudre l'énigme, entreprises de pompes funèbres, administrateurs de cimetières et scientifiques se sont mis autour de la table.

Pour certains, la cause de cet allongement de durée de vie des cadavres tient au changement dans l'alimentation humaine et sa teneur renforcée en conservateurs, sel ou autres pesticides. Pour d'autres, ce sont les sols de plus en plus pollués qui sont à l'origine de la raréfaction des bactéries à l'oeuvre dans la décomposition. Les premières analyses montrent une présence plus soutenue d'azote et de métaux lourds dans les gazs libérés.

L'heure est aussi à la recherche de solutions. Changement de matériaux des cercueils, modification des sépultures, injections de produits chimiques ou enterrements bio: de nouvelles idées commencent à émerger, même si rien de concret n'a encore été décidé.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Projet piloteCannabis médical dans les pharmacies à Bâle dès la mi-2022Cannabis médical dans les pharmacies à Bâle dès la mi-2022

«Excessifs»Assurance maladie: les hôpitaux surfacturent des prestations aux complémentairesAssurance maladie: les hôpitaux surfacturent des prestations aux complémentaires

MédecineSanté: les cas de cancer en augmentation en Suisse, mais la mortalité diminueSanté: les cas de cancer en augmentation en Suisse, mais la mortalité diminue

SantéDon d'organes sans consentement: le référendum est lancéDon d'organes sans consentement: le référendum est lancé

RéinsertionSanté: «Après une longue pause dans le métier, je n’osais plus me dire infirmière»Santé: «Après une longue pause dans le métier, je n’osais plus me dire infirmière»

Top