La Suisse se transforme en une société hédoniste, selon une étude

chargement

Bien-être Une étude parue jeudi révèle que les Suisses recherchent davantage de sérénité, de modestie et de consommation réfléchie.

  28.06.2012, 17:20
Les Suisses recherchent avant tout leur bien-être.

Les Suisses se préoccupent toujours davantage de leur bien-être, plutôt que de s'adonner à une consommation sans limites. Face à la crise économique et la globalisation, la population tend également à se tourner vers des traditions helvétiques.

Tel est le constat de la dernière étude de l'institut de recherche DemoSCOPE sur le climat psychologique en Suisse, parue en allemand jeudi. Les gens tendent à quitter la consommation débridée et la réussite à tout prix pour aller vers davantage de sérénité, de modestie et de consommation réfléchie.

Cette recherche du bien-être physique et psychique a sans doute commencé avec la crise financière en 2007. Les changements climatiques, la catastrophe nucléaire de Fukushima ou encore la problématique migratoire jouent également un rôle, même si la part des étrangers n'a pas augmenté par rapport à la population, explique à l'ats Lilian Demarmels, co-autrice de l'étude.

Cette tendance vers l'hédonisme s'est encore renforcée ces 12 derniers mois. Les Suisses s'adonnent à nouveau davantage aux plaisirs simples comme la randonnée. Des activités demandant du temps, comme le tricot ou la couture, sont également à la mode.

"Swiss" et bio

Avec la crise et la globalisation, les Suisses se tournent davantage vers leurs traditions et leurs racines: le "swissness" est tendance. Les gens souhaitent se distancer d'autres groupes et renforcer leur identité sans se faire d'ennemis, explique Mme Demarmels.

Quant à la consommation, la devise est "si pas écologique ou bio, au moins 'made in Switzerland'". Le coût reste toutefois un facteur important. Le marché a d'ailleurs adopté depuis longtemps, et même forcé, cette évolution.

DemoSCOPe relève des données sur les états d'âme de la population depuis 1974. Pour sa plus récente étude, l'institut a mené 24'000 interviews depuis la mi-2011 à travers toutes les couches de la population. La tendance vers l'hédonisme s'observe aussi bien chez les hommes que les femmes, les jeunes et les vieux, les pauvres et les riches.

Troubles en Suisse?

Le plein emploi et une certaine aisance pour tous est la condition pour que cette évolution persiste, aussi bien pour la génération à venir. Si l'économie fléchissait trop, des "frictions et des troubles" comme en Grèce ou en Espagne ne sont pas exclus. La Suisse en est cependant très loin.

Un groupe n'a pas encore adhéré à la société du bien-être: les jeunes défavorisés entre 14 et 29 ans, dont les chances sont moindres sur le marché du travail et qui ont moins de chances d'atteindre la prospérité.

Dans ce groupe, le matérialisme, la recherche effrénée de distractions et de loisirs sont plus marqués que chez les autres. Leur frustration est aussi d'autant plus grande si ces buts ne sont pas atteints.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Projet piloteCannabis médical dans les pharmacies à Bâle dès la mi-2022Cannabis médical dans les pharmacies à Bâle dès la mi-2022

«Excessifs»Assurance maladie: les hôpitaux surfacturent des prestations aux complémentairesAssurance maladie: les hôpitaux surfacturent des prestations aux complémentaires

MédecineSanté: les cas de cancer en augmentation en Suisse, mais la mortalité diminueSanté: les cas de cancer en augmentation en Suisse, mais la mortalité diminue

SantéDon d'organes sans consentement: le référendum est lancéDon d'organes sans consentement: le référendum est lancé

RéinsertionSanté: «Après une longue pause dans le métier, je n’osais plus me dire infirmière»Santé: «Après une longue pause dans le métier, je n’osais plus me dire infirmière»

Top