Les Français boiraient moins de vin, selon une étude

chargement

CONSOMMATION La consommation de vin des Français a encore baissé, selon la dernière étude quinquennale sur la consommation de vin diffusée mardi à Bordeaux par le ministère de l'Agriculture.

  28.11.2012, 07:23
Il n'est pas dit que boire un verre permette de mieux parler anglais.

L'étude de FranceAgriMer, un établissement dépendant du ministère de l'Agriculture, présentée à l'occasion du salon mondial des équipements viti-vinicoles Vinitech qui se tient jusqu'à jeudi à Bordeaux, indique que le nombre de personnes qui boit tous les jours du vin est en diminution. Elle indique que 17% des Français en consomment régulièrement, contre 21% en 2005. Parallèlement le nombre de consommateurs dits "occasionnels" - buvant une à deux fois par semaine ou plus rarement - est passé à 45%, contre 41% en 2005.

Le nombre de personnes déclarant ne rien boire étant resté stable, à 38%. Les Français boivent en moyenne 57 litres par an et par habitant de plus de 15 ans, contre 160 litres par an et par habitant en 1965. Une baisse de la consommation que les responsables d'études de FranceAgriMer attribuent à la concomitance de plusieurs facteurs.

"La crise"

Il y a depuis 2008 "la crise" qui pousse le gens "à réduire la consommation de produits chers" et les discours incitant "à plus de vigilance sur les produits dont la consommation excessive est jugée dangereuse", a expliqué lors d'une conférence sur le sujet, Caroline Plot, chef d'unité d'étude cultures et filières spécialisées pour FranceAgriMer.

"Il y a aussi une réelle modification des habitudes de consommation: les sodas et jus de fruit ont volontiers remplacé le vin sur les tables françaises au quotidien", analyse-t-elle. Ainsi, en 1980, les boissons sans alcool, sans compter l'eau, n'étaient présentes que pour 5% des repas, tandis qu'il y avait du vin à table une fois sur deux.

Trente ans plus tard, en 2010, des boissons non alcoolisées sont servies qu'à l'occasion de 15% des repas et le vin seulement une fois sur quatre (24%). "L'alcool en général et le vin en particulier est désormais plus volontiers consommé les week-ends, dans un cadre festif ou convivial", a également expliqué Philippe Janvier, chargé d'étude chez FranceAgriMer.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

MédecineSanté: les cas de cancer en augmentation en Suisse, mais la mortalité diminueSanté: les cas de cancer en augmentation en Suisse, mais la mortalité diminue

SantéDon d'organes sans consentement: le référendum est lancéDon d'organes sans consentement: le référendum est lancé

RéinsertionSanté: «Après une longue pause dans le métier, je n’osais plus me dire infirmière»Santé: «Après une longue pause dans le métier, je n’osais plus me dire infirmière»

SantéLe court séjour en EMS, une ressource méconnueLe court séjour en EMS, une ressource méconnue

En chiffresAssurance maladie: près d’1,1 million de Suisses pourraient réduire leurs primes de 40% ou plus en 2022Assurance maladie: près d’1,1 million de Suisses pourraient réduire leurs primes de 40% ou plus en 2022

Top