Pas d'effet positif du tabac à priser et du snus sur les fumeurs

chargement

tabac Selon une étude lausannoise, le tabac à priser et le snus ne semblent avoir aucun effet positif sur les fumeurs. Pire, ces alternatives sans fumée augmenteraient même la probabilité que les jeunes adultes commencent à fumer.

  10.10.2017, 17:16
Contrairement au tabac à priser, le snus est interdit à la vente en Suisse, bien qu'on puisse s'en procurer facilement.

Incontestablement meilleurs pour la Santé que la cigarette, le tabac à priser et le snus n'empêchent pas les jeunes de fumer. Ce serait même plutôt le contraire, selon une étude lausannoise effectuée auprès de 5000 recrues.

L'équipe de Gerhard Gmel et Joseph Studer, du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), a voulu savoir si la prise de tabac sans fumée chez les jeunes les incitait à diminuer leur consommation de cigarettes, voire à ne pas commencer à fumer du tout. Le snus est du tabac humide en poudre vendu tel quel ou sous forme de petits sachets perméables à placer dans la bouche.

 

>> À lire aussi: Santé: le tabac est responsable de plus de 7 millions de morts par an

 

Effet inverse plus net

Parmi les participants à l'étude, seuls 2,5% de ceux qui fumaient quotidiennement ont indiqué avoir cessé grâce à la prise de tabac oral ou à priser. L'effet inverse était beaucoup plus net: les non-fumeurs qui au début de l'étude consommaient déjà du tabac sans fumée en petites quantités avaient davantage de probabilités de passer à la cigarette. Ceux qui ont commencé en cours d'étude aussi.

Les recrues qui fumaient déjà avaient également plutôt tendance à continuer, même si elles pratiquaient aussi le snus ou le tabac à priser en parallèle. Ces alternatives n'ont donc pas d'effet positif sur la consommation de cigarettes, du moins pour cette classe d'âge - environ 20 ans - en Suisse, selon les conclusions des chercheurs. Elles seraient même plutôt nuisibles.

 

>> À lire aussi: Un coup dans les gencives

 

Etudes supplémentaires

Des études supplémentaires sont nécessaires pour vérifier par exemple si elles peuvent être profitables pour certains groupes spécifiques dans le but d'arrêter de fumer, notent encore les scientifiques. De même, leurs effets sur la santé devraient être sérieusement investigués avant qu'un pays n'en fasse la promotion comme alternative à la cigarette.

Le snus augmente en effet le risque de cancer de la cavité buccale et de déchaussement des dents. Contenant une trentaine de substances cancérigènes, il pourrait également favoriser le cancer de l'oesophage ou du pancréas, ainsi que les problèmes cardiaques.

Contrairement au tabac à priser, le snus est interdit à la vente en Suisse, bien qu'on puisse s'en procurer facilement. En importer de petites quantités pour son usage personnel n'est pas punissable. 

 

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

santéSanté: on meurt toujours plus du tabac depuis 1990Santé: on meurt toujours plus du tabac depuis 1990

tabacBerne interdit la vente et l'import de snusBerne interdit la vente et l'import de snus

loiLa nouvelle loi sur le tabac prévoit d'interdire le cannabis légal, comme le tabac, aux moins de 18 ansLa nouvelle loi sur le tabac prévoit d'interdire le cannabis légal, comme le tabac, aux moins de 18 ans

Top