16.05.2019, 16:21

Pollution: les particules fines des avions sont aussi nocives pour la santé que celles des voitures

chargement
L'intensification du trafic aérien est une nouvelle menace pour nos poumons (illustration).

danger On pointe souvent du doigt les particules fines émises par les moteurs de voitures ou des camions. Mais on oublie qu'au-dessus de nos têtes, des millions de litres de kérozène partent tous les jours en fumée. Des chercheurs bernois se sont penchés sur la question. Sans surprise, ces particules sont aussi dangereuses pour nos poumons.

Les particules fines issues de la combustion du kérosène dans les réacteurs des avions affectent les poumons autant que celles des moteurs essence ou diesel. Des chercheurs bernois se sont penchés sur ce sujet encore largement inexploré.

Outre les sources de particules déjà étudiées comme les chauffages, l'industrie et la circulation routière, l'aviation pose un problème toujours plus important à mesure que s’intensifie le trafic aérien, a indiqué jeudi l'Université de Berne dans un communiqué.

Une équipe dirigée par Marianne Geiser, chercheuse en pneumologie à l’Université de Berne, avec des collègues de l’Empa à Dübendorf (ZH) et de la Haute école spécialisée de la Suisse du Nord-Ouest (FHNW), a réalisé une simulation qui a mis en évidence la nocivité pour les cellules pulmonaires des particules de suie primaires issues de la combustion du kérosène dans les turboréacteurs.

Danger pour les poumons

Une inhalation directe de ces particules solides à proximité du réacteur peut notamment causer des réactions inflammatoires. Les chercheurs montrent dans la revue Nature Communications Biology que les effets néfastes dépendent aussi du régime des réacteurs, de la composition du combustible et de la structure des particules.

 

 

Ces dernières sont généralement ultrafines, inférieures à 100 nanomètres. À titre de comparaison, le diamètre d’un cheveu humain est d’environ 80'000 nanomètres. Une fois inhalées, elles se déposent dans les voies respiratoires. Chez les personnes en bonne santé, le système immunitaire neutralise rapidement ces dépôts et les élimine des poumons.

Mais si les particules parviennent à passer outre, elles risquent d’endommager le tissu pulmonaire de façon irréparable. Un processus identifié lors d’expériences antérieures sur les particules produites par des moteurs essence et diesel.

En savoir plus : L'article paru dans Nature

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

EnvironnementFrance: la vallée de l'Arve qui mène au Mont-Blanc a été placée sous alerte pollution aux particules finesFrance: la vallée de l'Arve qui mène au Mont-Blanc a été placée sous alerte pollution aux particules fines


automobileLe laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche veut aussi des filtres à particules sur les véhicules à essenceLe laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche veut aussi des filtres à particules sur les véhicules à essence

environnementLe Conseil fédéral va étudier le remplacement des bus diesel par des véhicules moins polluantsLe Conseil fédéral va étudier le remplacement des bus diesel par des véhicules moins polluants

EnvironnementMexique: la ville de Mexico ferme ses écoles à cause d’un nuage de pollutionMexique: la ville de Mexico ferme ses écoles à cause d’un nuage de pollution

Top