Une jeune Britannique peut écrire sur sa peau en trois dimensions

chargement

étrange Louise Sara est une jeune femme de 27 ans qui possède l'étrange capacité de pouvoir écrire, en trois dimensions, sur sa propre peau. Elle doit ce "don" à une maladie rare, la dermatographie.

Par Olivier HUGON
  07.08.2015, 15:15
Rassurez-vous, Louise Sara ne souffre pas et sa peau retrouve son aspect normal après une demi-heure.

Sara Louise est une jeune Britannique de 27 ans qui n'a pas besoin de post-it, de bloc-note ou de quoi que ce soit pour noter un rendez-vous, une liste de commission ou toute Autre chose qu'elle ne voudrait pas oublier.

Elle a la "chance" d'être atteinte de dermographie, une maladie de la peau qui provoque une inflammation à la moindre sollicitation de la surface cutanée. 

Conséquence, lorsqu'elle écrit quelque chose, avec un objet pointu, sur son avant-bras, le texte apparaît, en 3 dimensions, quelques secondes plus tard. 

Son cas a intéressé le site science.discovery.com, qui s'intéresse à tous les phénomènes scientifiques un peu étranges et qui lui a consacré un reportage. 

La biologiste interrogée, Carin Bondar, précise se qui se passe sous la peau de Louise Sara. "C'est une réaction chimique assez complexe. Lorsque les récepteurs des mastocytes sont actionnés par une pression, la cellule libère de l'histamine en grande quantité, comme lors d'une réaction allergique. Mais c'est ici une simple réaction mécanique. L'histamine va ensuite provoquer des rougeurs et des gonflements. C'est une réponse anormale du système immunitaire."

Louise Sara possède sa propre chaîne Youtube, où elle a posté plusieurs vidéos sur sa dermatographie. 

Elle explique par exemple qu'elle peut utiliser n'importe quoi pour écrire sur sa peau, un stylo ou ses propres ongles. "Ça tient environ une demi-heure avant que ça dégonfle. Ça peut parfois être assez embêtant. Quand je m'habille ou me déshabille, j'ai des marques. Durant la toute la journée, je dois éviter de me toucher le visage."

Elle raconte encore que, comme c'est une réaction liée à l'histamine présente dans sa peau, en prenant des anti-histaminiques, les effets sont atténués, mais la maladie - qui touche 4 à 5 % de la population - ne se soigne pas. "Mais ça ne me fait absolument pas mal. Ça gratte parfois un peu ou ça chauffe."


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

«Excessifs»Assurance maladie: les hôpitaux surfacturent des prestations aux complémentairesAssurance maladie: les hôpitaux surfacturent des prestations aux complémentaires

MédecineSanté: les cas de cancer en augmentation en Suisse, mais la mortalité diminueSanté: les cas de cancer en augmentation en Suisse, mais la mortalité diminue

SantéDon d'organes sans consentement: le référendum est lancéDon d'organes sans consentement: le référendum est lancé

RéinsertionSanté: «Après une longue pause dans le métier, je n’osais plus me dire infirmière»Santé: «Après une longue pause dans le métier, je n’osais plus me dire infirmière»

SantéLe court séjour en EMS, une ressource méconnueLe court séjour en EMS, une ressource méconnue

Top