Catalogne: le chef du gouvernement, Carles Puigdemont, renonce à convoquer des élections

chargement

Indépendance Jeudi, après avoir plusieurs fois repoussé son allocution sur la situation politique de la Catalogne, le chef du gouvernement, Carles Puigdemont, a annoncé avoir renoncé à convoquer des élections dans sa région.

  26.10.2017, 19:23
Le président de la Catalogne a essayé en vain d'éviter une mise sous tutelle.

Le président indépendantiste catalan a renoncé jeudi à convoquer des élections dans sa région. Il a ainsi douché les espoirs de ceux qui espéraient un apaisement et rapproché la Catalogne d'une mise sous tutelle, voire d'une déclaration unilatérale d'indépendance.

Soumis à de fortes pressions de toutes parts, Carles Puigdemont avait plusieurs fois repoussé une allocution sur la situation politique depuis la mi-journée.

>> A lire aussi: Catalogne: le chef du gouvernement Carles Puigdemont annule son allocution

Plusieurs élus de son parti annonçaient même qu'il avait finalement décidé de convoquer ces élections, au grand soulagement de ceux qui craignent que la crise entre les indépendantistes et Madrid ne déstabilise toute l'Espagne, voire l'Europe.

"Aucune garantie" de Madrid

"J'étais disposé à convoquer ces élections (...) il était de mon devoir de le tenter pour éviter l'impact sur nos institutions" d'une mise sous tutelle, a déclaré le président catalan. Puis il a assuré qu'il n'avait réussi à obtenir "aucune garantie" de la part de Madrid.

 

 

Selon un sondage publié dimanche dans El Periodico, un scrutin anticipé aboutirait au même résultat qu'en 2015, avec la coalition indépendantiste majoritaire en sièges mais minoritaire en voix.

Carles Puigdemont a ajouté qu'il appartenait à présent au Parlement régional de continuer sur la voie du mandat en faveur de l'indépendance donné par les électeurs lors du référendum du 1er octobre.

Contacts infructueux

Dans l'après-midi, le président catalan était dans l'attente d'un engagement du gouvernement espagnol à ne pas mettre la région sous tutelle au cas où il convoquerait ces élections, ont déclaré des sources proches des négociations à l'AFP.

 

 

Les contacts indirects s'étaient multipliés ces derniers jours entre Carles Puigdemont, le gouvernement Rajoy et le Palais royal, selon une autre source politique impliquée dans ces négociations, mais ils n'ont pas porté leurs fruits.

Quelques minutes après l'allocution de M. Puigdemont, la vice-présidente du gouvernement espagnol Soraya Saenz de Santamaria commençait à défendre devant le Sénat à Madrid l'application de l'article 155, pour "ouvrir une nouvelle étape" dans laquelle la loi serait "respectée".

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

IndépendanceCatalogne: le chef du gouvernement Carles Puigdemont annule son allocutionCatalogne: le chef du gouvernement Carles Puigdemont annule son allocution

Indépendance de la CatalogneCatalogne: le gouvernement espagnol enclenchera samedi l'article 155Catalogne: le gouvernement espagnol enclenchera samedi l'article 155

indépendance catalaneEspagne - Catalogne: Puigdemont temporise, Madrid offre un délaiEspagne - Catalogne: Puigdemont temporise, Madrid offre un délai

Top