Centrafrique: certains militaires violeurs d'enfants ont été identifiés

chargement

France Au moins 14 militaires français auraient commis des viols sur des enfants, en Centrafrique, entre 2013 et 2014. Le président François Hollande promet des sanctions "exemplaires".

  07.08.2015, 15:21
Sur les 14 soldats français concernés, certains auraient déjà été identifiés par la justice (illustration).

Quatorze militaires français seraient concernés par les accusations d'abus sexuels sur des enfants en Centrafrique, a-t-on appris jeudi de source judiciaire française. Certains sont identifiés. François Hollande promet des sanctions "exemplaires".

Une enquête préliminaire a été ouverte en juillet 2014 en France pour des abus sexuels sur mineurs imputés à des militaires français en Centrafrique. Elle se base sur un document des Nations unies consignant les témoignages des victimes présumées.

Les faits auraient été commis sur une dizaine d'enfants entre décembre 2013 et juin 2014 dans le camp de Réfugiés de l'aéroport de M'Poko, à Bangui, qui accueille des personnes déplacées.

"Au vu du rapport, quatorze militaires français seraient concernés", a déclaré une source judiciaire à Reuters. "Certains sont identifiés", a-t-elle ajouté. Et de préciser que leur identification avait été rendue possible grâce au déplacement des enquêteurs français en Centrafrique et des recoupements avec les témoignages cités dans le document de l'ONU.

Le ministère de la Défense avait indiqué mercredi qu'aucun responsable présumé n'avait été identifié à l'heure actuelle. "Des militaires étrangers sont aussi concernés", a précisé jeudi à Reuters la source judiciaire, sans indiquer leur nationalité.

"Se comporter en prébendiers"

Invité à réagir en marge d'un déplacement à Brest, le président français François Hollande s'est voulu très prudent, mais a promis d'être "implacable" si les enquêtes concluaient à une culpabilité.

"Si ces informations sont confirmées par les enquêtes judiciaires et par l'enquête de commandement, alors, à ce moment-là, et par la justice et par l'autorité militaire, il y aura des sanctions qui seront à proportion des faits qui seront constatés, et si c'est grave, les sanctions seront graves", a-t-il dit à la presse. "Elles devront être exemplaires."

"Que des militaires, dans le cadre d'une opération de l'ONU, puissent éventuellement, si c'est confirmé, se comporter en prébendiers puisque c'est de cela qu'il s'agit, il y aurait là forcément des décisions très graves", a-t-il ajouté. Le chef de l'Etat a souligné qu'il ne voulait pas voir l'image des armées françaises souffrir de possibles abus.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du mercredi 4 aoûtCoronavirus: toutes les nouvelles du mercredi 4 août

drameLa foudre tue 16 personnes lors d’un mariage au BangladeshLa foudre tue 16 personnes lors d’un mariage au Bangladesh

collisionAccident de train en Tchéquie: le bilan s’alourdit à trois morts et près de 40 blessésAccident de train en Tchéquie: le bilan s’alourdit à trois morts et près de 40 blessés

AUSTRALIEConfinement: l’armée s’est déployée à SydneyConfinement: l’armée s’est déployée à Sydney

LibanUn an après l’explosion: Beyrouth toujours fracasséeUn an après l’explosion: Beyrouth toujours fracassée

Beyrouth toujours fracassée

Un an après l’explosion des silos à grain qui avait dévasté la ville, la capitale du pays du Cèdre et ses habitants...

  04.08.2021 07:20
Premium

Top