07.07.2020, 18:51

Climat: des décennies avant de voir baisser les températures

chargement
Une baisse importante des émissions pourra se voir immédiatement sur les concentrations de CO2 dans l'atmosphère, mais pas sur la hausse des températures qui est pourtant responsable de la multiplication des évènements météo extrêmes.

Etude Même dans les scénarios les plus optimistes, les premiers signes de la réduction des émissions de gaz à effet de serre ne seraient visibles qu’en 2035 au plus tôt, selon les chercheurs.

Même si le monde réduit drastiquement les émissions de gaz à effet de serre, l’impact sur le réchauffement pourrait ne pas être visible avant le milieu du siècle, selon des chercheurs. Ils disent craindre une réaction boomerang face à des mesures qui paraîtraient à tort inefficaces.

En raison des activités humaines, la planète a déjà gagné au moins +1°C depuis l’ère préindustrielle. Pour lutter contre ce dérèglement climatique appelé à s’aggraver avec chaque demi-degré supplémentaire, les signataires de l’accord de Paris de 2015 se sont engagés à réduire leurs émissions pour limiter le réchauffement à +2°C, voire +1,5°C.

Pour le moment, ces engagements des États ne sont pas tenus. Même s’ils l’étaient, «ces efforts pourraient être visibles d’ici le milieu du siècle, mais probablement pas avant», écrivent les auteurs de l’étude publiée mardi dans Nature Communications.

«La réduction des émissions, nécessaire, est efficace dès le premier jour, mais il faudra du temps avant que nous puissions mesurer cet effet avec certitude», commente dans un communiqué Bjorn Samset, du centre de recherche norvégien sur le climat Cicero.

Le système climatique est en effet notamment caractérisé naturellement par une importante force d’inertie et une forte variabilité d’une année à l’autre.

 

 

«Le changement climatique provoqué par l’Homme peut être comparé à un porte-conteneur lancé à pleine vitesse au milieu de grosses vagues. Si vous voulez ralentir le navire, vous pouvez enclencher la marche arrière, mais cela prendra du temps avant de pouvoir remarquer qu’il a ralenti», poursuit le climatologue.

Effet boomerang

Ainsi, une baisse importante des émissions pourra se voir immédiatement sur les concentrations de CO2 dans l’atmosphère, mais pas sur la hausse des températures qui est pourtant responsable de la multiplication des évènements météo extrêmes.

Même dans les scénarios les plus optimistes, les premiers signes d’un impact sur le réchauffement pourraient être invisibles au moins jusqu’en 2035, selon les chercheurs. Alors patience, plaident-ils, craignant que ce délai ne provoque un effet boomerang.

Cette réalité «doit être clairement expliquée aux décideurs et à la population, si nous voulons éviter un contrecoup négatif contre des politiques d’atténuation des émissions qui seraient perçues comme inefficaces», insiste l’étude.

«Cela ne veut pas dire que la baisse (des émissions) n’a pas d’effet. Cela veut simplement dire que nous devons être patients», insiste Bjorn Samset, appelant dans tous les cas à «limiter le réchauffement autant que possible et aussi vite que possible».

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

RecordClimat: le mois de juin 2020 a été le plus chaud jamais enregistré, à égalité avec juin 2019Climat: le mois de juin 2020 a été le plus chaud jamais enregistré, à égalité avec juin 2019

EnquêteClimat: en Suisse, les femmes sont plus soucieuses de l’environnement que les hommesClimat: en Suisse, les femmes sont plus soucieuses de l’environnement que les hommes

EnvironnementClimat: pas de recul des émissions de CO2 liées aux carburantsClimat: pas de recul des émissions de CO2 liées aux carburants

Les émissions de CO2 restent élevées

En raison de l’augmentation du trafic, les émissions de CO2 liées aux carburants restent élevées malgré un recours...

  07.07.2020 10:52

MétéoClimat: les étés extrêmes sont devenus la norme en SuisseClimat: les étés extrêmes sont devenus la norme en Suisse

Top