Commande historique pour les Chantiers navals STX de Saint-Nazaire

chargement

Bateaux Les Chantiers navals STX France de Saint-Nazaire construiront un paquebot géant de type "Oasis" pour l'américain Royal Caribbean International.

  28.12.2012, 07:35
La livraison est programmée dans le courant de l'année 2016.

Les Chantiers navals STX France de Saint-Nazaire construiront un paquebot géant de type "Oasis" pour l'américain Royal Caribbean International.

"Il s'agit de l'un des plus gros navires jamais construits à Saint-Nazaire", indique un communiqué publié par STX France à l'annonce de la commande d'un paquebot géant par l'américain Royal Caribbean International aux chantiers de Saint-Nazaire.

Ce contrat leur donne un nouveau souffle alors qu'ils n'avaient plus signé de nouvelle commande d'ampleur depuis près de deux ans.

La livraison est programmée dans le courant de l'année 2016 et la construction de ce géant des mers, long de 361 mètres, devrait débuter en septembre 2013.
 
Une option sur un deuxième paquebot livré en 2018 a également été posée par le groupe spécialisé dans les croisières.
 
3e exemplaire
 
Les deux premiers navires de type "Oasis", l'Oasis of the Seas et l'Allure of the Seas, livrés en 2009 et 2010, sont les plus grands navires au monde. Dotés de 16 ponts et de 2700 cabines, ils peuvent accueillir jusqu'à 5400 passagers et 2100 membres d'équipage, précise STX.
 
Selon la presse spécialisée dans la construction navale, ils auraient coûté chacun 900 millions d'euros, mais ce troisième exemplaire, pour la construction duquel plusieurs chantiers étaient en compétition dans le monde cet automne, devait coûter moins cher. Dans ce domaine économique, les clients, pas plus que les chantiers navals, ne communiquent officiellement le montant des commandes.
 
Savoir-faire français
 
Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, ancien député de Loire-Atlantique, s'est félicité de la commande dans un communiqué en saluant "l'excellence du savoir-faire français dans la construction navale".
 
Les chantiers de Saint-Nazaire ont construit les mythiques transatlantiques "Normandie" (1935), puis "France" (1960), puis plus récemment le "Queen Mary 2" (2002). Cette commande leur permet un retour aux grandes heures après quatre ans d'un passage à vide entamé avec la crise financière de 2008, qui avait peu à peu vidé son carnet de commande.
 
Sous-traitant
 
Ce contrat est une nouvelle bienvenue pour le tissu économique nazairien, où STX emploie directement 2100 personnes, et fait travailler, à pleine charge, quelque 4000 sous-traitants, mais, aussi plus largement à l'échelle nationale pour le secteur industriel qui a été marqué au cours des mois passés par plusieurs plans sociaux et restructurations douloureuses.
 
Les Chantiers STX France ont annoncé à la mi-décembre une alliance avec Areva pour proposer des offres complètes (turbine électrique et fondation d'éolienne) aux appels d'offres européens et la vente d'une première sous-station électrique pour un champ d'éoliennes d'Europe du nord ont ainsi été annoncés.

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du dimanche 20 juinCoronavirus: toutes les nouvelles du dimanche 20 juin

DrameEtats-Unis: 10 morts dont 9 enfants dans un carambolage en AlabamaEtats-Unis: 10 morts dont 9 enfants dans un carambolage en Alabama

DrameBelgique: trois morts et deux disparus sur le chantier d’une école à AnversBelgique: trois morts et deux disparus sur le chantier d’une école à Anvers

PolitiquePrésidentielle en Iran: Ebrahim Raïssi vainqueur avec 62% des voixPrésidentielle en Iran: Ebrahim Raïssi vainqueur avec 62% des voix

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du 18 juinCoronavirus: toutes les nouvelles du 18 juin

Top