Décret anti-musulman: malgré une pression grandissante, Trump ne se remet pas en question

chargement

Polémique Levée mondiale de boucliers lundi contre le décret anti-musulman de Trump. Pourtant, dans une série de tweets, le président des États-Unis persiste et signe. Loin de se remettre en cause, il pointe du doigt ses détracteurs.

  30.01.2017, 19:31
Donald Trump lance des accusations dans une salve de tweets.

Dans la tourmente après sa décision de fermer les frontières aux ressortissants de sept pays musulmans, le président américain Donald Trump a cherché lundi à reprendre la main et a défendu son initiative. Le décret signé vendredi a été dénoncé par plusieurs chefs d'Etat, l'ONU, mais aussi désormais par une partie du monde des affaires.

Dans une longue salve de tweets matinaux, le président républicain a mis en cause, pêle-mêle, une défaillance informatique au sein de la compagnie aérienne Delta, les manifestations ou encore les réactions faussement outrées selon lui de nombre d'élus du Congrès américain.

 

 

"Tout se passe bien avec très peu de problèmes", a-t-il affirmé, contre toute évidence, citant le secrétaire à la Sécurité intérieure, John Kelly. Accusé d'avoir lancé cette initiative dans la précipitation, il a défendu son approche: "Si l'interdiction avait été annoncée une semaine à l'avance, les 'méchants' se seraient précipités dans notre pays".

 

 

Visiblement désireux d'attirer l'attention médiatique sur un sujet plus consensuel au sein de son propre camp, l'homme d'affaires septuagénaire a décidé d'accélérer l'annonce de son candidat pour occuper le neuvième siège de magistrat à la Cour suprême. Elle aura désormais lieu mardi, au lieu de jeudi.

 

 

Constitutionnalité à trancher

Le décret signé vendredi par Donald Trump interdit l'entrée à tous les réfugiés, quelle que soit leur origine, pendant 120 jours (et de façon indéfinie pour les Réfugiés syriens). Il l'interdit aussi pendant 90 jours aux ressortissants de sept pays à majorité musulmane considérés comme des viviers terroristes par Washington: Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen.

Son application confuse a entraîné des scènes de détresse dans des aéroports américains et étrangers avec des personnes bloquées ou refoulées. Elle a déclenché en ce début de semaine une série d'explications entre plusieurs pays et Washington.

Face à la levée de boucliers, l'administration a mis un peu d'eau dans son vin en particulier sur les détenteurs d'un permis de résident permanent, la fameuse carte verte, mais aussi sur les ressortissants des sept pays visés qui ont une double nationalité.

A la suite de l'intervention samedi soir d'une juge fédérale de Brooklyn, plusieurs personnes arrêtées à leur arrivée aux Etats-Unis en dépit de visas valides ont été autorisées à entrer sur le territoire. Mais la constitutionnalité du décret n'a pas été tranchée et celui-ci reste en vigueur.

 

 

Goldman Sachs aux avant-postes

Aux Etats-Unis, la mobilisation, du monde politique au monde des affaires, ne montrait elle non plus aucun signe d'essoufflement. Goldman Sachs, l'une des plus puissantes banques d'affaires au monde, dont d'anciens dirigeants ont été nommés à des postes influents au sein de l'administration Trump, a critiqué à son tour lundi le décret, affirmant ne pas soutenir une telle politique.

 

 
 
ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

BuzzL'imitateur Yann Lambiel reprend "Le Déserteur" de Renaud pour s'attaquer à Donald TrumpL'imitateur Yann Lambiel reprend "Le Déserteur" de Renaud pour s'attaquer à Donald Trump

RéactionL'ONU juge discriminant le décret de Donald Trump interdisant l'entrée aux USA à 7 pays musulmansL'ONU juge discriminant le décret de Donald Trump interdisant l'entrée aux USA à 7 pays musulmans

MobilisationRoyaume-Uni: un million de signatures pour réclamer l'annulation de la visite d'Etat de Donald TrumpRoyaume-Uni: un million de signatures pour réclamer l'annulation de la visite d'Etat de Donald Trump

décret anti-immigrationLe Canada aidera les voyageurs bloqués sur son sol par le décret de TrumpLe Canada aidera les voyageurs bloqués sur son sol par le décret de Trump

États-UnisÉtats-Unis: en réponse au décret anti-immigration de Trump, Starbucks engagera 10'000 réfugiésÉtats-Unis: en réponse au décret anti-immigration de Trump, Starbucks engagera 10'000 réfugiés

Top