Déraillement meurtrier en Espagne: les boîtes noires livrent leurs premiers secrets

chargement

Catastrophe ferroviaire Les enquêteurs espagnols livrent les premiers éléments révélés par l'examen des boîtes noires du train qui a déraillé près de Saint-Jacques de Compostelle, causant la mort de 79 passagers.

  30.07.2013, 19:15
L'accident a fait 79 morts.

Le train accidenté le 24 juillet à Saint-Jacques de Compostelle roulait à 153 kilomètres heure au moment où il a déraillé, sur un tronçon où la vitesse était limitée à 80 km/h, a annoncé mardi le tribunal supérieur de justice de Galice. L'accident avait fait 79 victimes. 

"Dans les kilomètres ayant précédé le lieu de l'accident, le train roulait à 192 kilomètres heure", a ajouté le tribunal dans un communiqué. Il relève "qu'un frein avait été activé quelques secondes avant l'accident", après analyse des premières informations fournies par les boîtes noires.

Le conducteur, au moment de l'accident, parlait par téléphone "avec un employé de la Renfe", la compagnie de chemins de fer espagnole. "Quelques minutes avant que le train ne quitte la voie, il a reçu un appel sur son téléphone professionnel pour lui indiquer le chemin que devait suivre le train en arrivant à El Ferrol", sa destination finale, ont encore révélé les boîtes noires.

"Du contenu de la conversation et en raison du bruit de fond, il semble que le conducteur consultait un plan ou un document similaire en papier", a encore expliqué le tribunal.

Moment de "distraction"

Le juge Luis Alaez a mis en examen dimanche le conducteur, Francisco José Garzon Amo, pour "79 faits d'homicide par imprudence". Il l'a laissé en liberté sous contrôle judiciaire.

Selon ses propres déclarations, le cheminot, un professionnel expérimenté âgé de 52 ans, roulait à 190 kilomètres heure sur un tronçon de voie où la vitesse est limitée à 80 km/h. C'est là, dans un virage délicat à quatre kilomètres de Saint-Jacques de Compostelle, que le train arrivant de Madrid a déraillé à 20h42.

L'accident a eu lieu sur une ligne à grande vitesse parcourue aussi bien par des trains conventionnels que par des trains à grande vitesse. Elle n'est pas équipée, à cet endroit, de système de freinage automatique si le convoi va trop vite, alors que le train quitte alors un tronçon où la vitesse maximale autorisée est de 220 kilomètres heure, pour aborder un tronçon limité à 80 km/h.

Lors de son audition par le juge, le conducteur qui avait déjà effectué 60 fois ce trajet avait reconnu, selon la presse, avoir eu "une distraction" au moment de l'accident et ne pas avoir freiné à temps, sans pouvoir expliquer pourquoi.

Cet accident, la plus grave catastrophe ferroviaire en Espagne depuis 1944, a fait 79 morts. 66 blessés étaient encore hospitalisés mardi, dont 15 se trouvaient dans un état grave. 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du mardi 26 octobreCoronavirus: toutes les nouvelles du mardi 26 octobre

TensionsSoudan: le premier ministre renversé ramené chez luiSoudan: le premier ministre renversé ramené chez lui

enquêteCinéma – Tir mortel d’Alec Baldwin: assistant déjà licencié pour un accident avec une armeCinéma – Tir mortel d’Alec Baldwin: assistant déjà licencié pour un accident avec une arme

coutumesJapon: la princesse Mako s’est mariée après une longue controverseJapon: la princesse Mako s’est mariée après une longue controverse

réseaux sociauxFake news: YouTube suspend la chaîne du président brésilien Bolsonaro pour une semaineFake news: YouTube suspend la chaîne du président brésilien Bolsonaro pour une semaine

Top