En Egypte, la situation semble bloquée

chargement

Egypte Alors que le nouveau pouvoir égyptien insiste sur sa ligne de fermeté face aux partisans de l'ancien président déchu Mohamed Morsi, les islamistes, eux, se disent déterminés. Ils sont toujours mobilisés au lendemain de la mort de 72 personnes dans des affrontements avec la police.

  28.07.2013, 21:40
Au lendemain de heurts qui ont fait 72 morts en Egypte, les islamiste et le nouveau gouvernement sont tous les deux déterminés.

Les violences politiques ont fait dimanche deux morts parmi les fidèles de M. Morsi, à Port-Saïd et Kafr el-Zayat, et une trentaine de blessés. Les forces de sécurité ont en outre annoncé avoir tué dix «terroristes» dans la péninsule du Sinaï, en proie à une rébellion larvée.

«Nous ne laisserons aucun mercenaire ni aucune personne animée par la rancune tenter de perturber l'atmosphère d'unité et nous les affronterons avec la plus grande force et la plus grande fermeté», a déclaré le ministre de l'Intérieur Mohamed Ibrahim.

Le ministre, qui s'exprimait en présence du président par intérim Adly Mansour et du chef de l'armée et nouvel homme fort du pays, le général Abdel Fattah al-Sissi, avait annoncé samedi la dispersion «très prochaine» des deux campements dressés au Caire par des milliers de partisans de M. Morsi depuis son renversement.

Pro-Morsi intraitables

Les fidèles du chef de l'État destitué le 3 juillet ne montraient pas davantage de volonté de faire des concessions.«Il y a des sentiments de tristesse et de colère, mais aussi une énorme détermination» dans le camp des partisans du président destitué, a affirmé à l'AFP un porte-parole des Frères musulmans, Gehad el-Haddad.

«Nous acceptons toute initiative, pourvu qu'elle soit fondée sur la restauration de la légitimité et annule le coup d'État. Nous ne négocierons pas avec l'armée», a-t-il dit, excluant tout compromis qui avaliserait la destitution de M. Morsi, premier président du pays élu démocratiquement. 

Aux abords de la mosquée Rabaa al-Adawiya, dans le nord-est du Caire, plusieurs milliers de pro-Morsi ont passé une nouvelle nuit dans un village de tentes, au milieu d'affiches et de banderoles à l'effigie du président déchu, ignorant la menace des autorités de mener une action de force «très prochainement».

Le bilan de 72 morts des affrontements de samedi matin au Caire est le plus lourd depuis la destitution par l'armée de M. Morsi. Les heurts, dont les deux camps se sont rejeté la responsabilité, ont éclaté quelques heures après la dispersion des manifestations massives rivales vendredi des partisans de l'armée et des Frères musulmans.

Le secrétaire d'État américain John Kerry s'est dit «très inquiet» par cette dernière «explosion de violence», qui porte à plus de 300 le nombre de tués dans les troubles politiques en un peu plus d'un mois.

Deux forces pour l'ordre et le désordre

«L'Égypte est structurée par ses deux forces politiques: les Frères musulmans et l'armée, qui parfois collaborent, parfois s'opposent, et font l'ordre et le désordre politique», a souligné Jean-Yves Moisseron, chercheur à l'Institut de Recherche pour le  développement (IRD) et rédacteur en chef de la revue  «Maghreb-Machrek».

«Les progressistes égyptiens n'ont pas saisi la chance historique qu'ils avaient en 2011 de se structurer de manière autonome», a-t-il rappelé, estimant que «les conditions historiques d'une transition démocratique en Egypte sont loin d'être acquises».

Le général Sissi avait appelé la population à manifester vendredi pour lui donner «mandat d'en finir avec le terrorisme», une menace à peine voilée envers le camp pro-Morsi. Les islamistes avaient également mobilisé vendredi dans la rue en soutien à M. Morsi, mis au secret par l'armée et sous le coup d'une mise en détention préventive émise par la justice.

L'armée a déposé M. Morsi, élu en juin 2012, après des manifestations massives fin juin réclamant son départ. L'Union africaine (UA) a suspendu l'Egypte de ses travaux après ce coup militaire contre M. Morsi. 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
directCoronavirus: nouveau problème technique avec le certificat CovidCoronavirus: nouveau problème technique avec le certificat Covid

migrationsCoronavirus: 2020, année de baisse record pour les migrations dans l’OCDECoronavirus: 2020, année de baisse record pour les migrations dans l’OCDE

InsoliteVenise: un gondolier suspendu et privé de son titre pour dopageVenise: un gondolier suspendu et privé de son titre pour dopage

témoignageRépression chinoise au Tibet: «C’est la disparition d’une société qui se joue», témoigne une FribourgeoiseRépression chinoise au Tibet: «C’est la disparition d’une société qui se joue», témoigne une Fribourgeoise

live
MONDECoronavirus: toutes les nouvelles du mercredi 27 octobreCoronavirus: toutes les nouvelles du mercredi 27 octobre

Top