14.02.2019, 19:45

Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour financer le mur

chargement
Le compromis n’accorde qu’un quart du budget réclamé pour le mur, à savoir 1,375 milliard de dollars.

Crise Donald Trump s’est dit mécontent du compromis trouvé pour sortir du plus long "shutdown" de l’histoire des Etats-Unis, notamment à cause du montant alloué à son mur. Si le président ne signe pas l’accord d’ici vendredi minuit (06h00 samedi en Suisse), le gouvernement pourrait entrer dans un nouveau «shutdown».

Le président américain Donald Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour boucler le financement du mur qu'il veut ériger à la frontière avec le Mexique afin de lutter contre l'immigration clandestine, a annoncé jeudi le chef de la majorité républicaine du Sénat.

Selon Mitch McConnell, le président "a indiqué qu'il était prêt à signer" le compromis budgétaire obtenu entre parlementaires démocrates et républicains afin d'éviter un nouveau "shutdown", ou paralysie budgétaire. "Il déclarera au même moment une situation d'urgence nationale", a précisé M. McConnell, soulignant qu'il soutenait cette procédure rare autorisant le président des Etats-Unis à contourner le Congrès pour mobiliser des fonds.

Peu après la Maison Blanche a confirmé l'intention de Donald Trump de déclarer l'"urgence nationale" pour financer l'infrastructure promise pendant sa campagne.

 

A lire aussi : Etats-Unis: Donald Trump annonce la fin du "shutdown" mais brandit déjà la menace d'un nouveau blocage le 15 février

 

"Ce serait très mauvais"

"Ce serait très mauvais", a réagi dans l'hémicycle le chef de la minorité démocrate au Sénat Chuck Schumer. Cette annonce surprise sème le doute sur l'accord obtenu entre les parlementaires qui semblaient bien partis pour l'approuver dans un Congrès divisé.

En conférence de presse juste après, la présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi a annoncé un vote "plus tard aujourd'hui" sur l'accord budgétaire, sans réagir dans l'immédiat à l'annonce de la déclaration imminente d'une "urgence nationale".

Cet accord ne comprend qu'un quart du budget réclamé par Donald Trump pour construire son mur - 1,4 milliard de dollars - et ne mentionne pas le mot "mur", préférant "barrière" ou "clôture". Certains commentateurs et élus ultra-conservateurs, qui ont l'oreille de Donald Trump, ont durement critiqué le texte.

 

 

Jusqu'à vendredi minuit

Washington a jusqu'à vendredi minuit (samedi 06h00 en Suisse) pour éviter une nouvelle impasse qui conduirait à l'assèchement soudain des budgets, ou "shutdown", de 25% des administrations fédérales.

Une loi votée en 1976, le "National Emergencies Act", autorise le président des Etats-Unis à invoquer une "urgence" nationale pour activer des pouvoirs extraordinaires, qui permettraient à Donald Trump de contourner le Congrès et de s'appuyer sur l'armée pour construire l'édifice qu'il réclame.

Tous les présidents des Etats-Unis ont fait usage de ces dispositions, mais dans des circonstances différentes. George W. Bush avait notamment décrété l'urgence après les attentats du 11 septembre 2001 et Barack Obama en avait fait de même lors de l'épidémie de grippe H1N1.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

gouffreEtats-Unis: le shutdown a coûté 11 milliards à l'économie, dont 3 milliards de pertes puresEtats-Unis: le shutdown a coûté 11 milliards à l'économie, dont 3 milliards de pertes pures

blocage budgétaireEtats-Unis: Donald Trump annonce la fin du "shutdown" mais brandit déjà la menace d'un nouveau blocage le 15 févrierEtats-Unis: Donald Trump annonce la fin du "shutdown" mais brandit déjà la menace d'un nouveau blocage le 15 février

Top