03.08.2015, 22:44

Evgueni Chevtchouk élu président de la Transdniestrie

chargement
La Transdniestrie, région séparatiste pro-russe a élu Evgueni Chevtchouk à la présidence.
Par ats/afp

Moldavie La Transdniestrie, région séparatiste pro-russe de Moldavie, a élu l'opposant Evgueni Chevtchouk à la présidence.

L'opposant Evgueni Chevtchouk a été facilement élu président de la Transdniestrie, région séparatiste pro-russe de Moldavie. Il a battu le candidat soutenu par Moscou après l'élimination au premier tour du dirigeant sortant, Igor Smirnov, ont annoncé lundi les agences russes et son site internet.

M. Chevtchouk, 43 ans, a remporté 73,88% des voix, selon des chiffres préliminaires de la commission électorale obtenus par les agences Ria Novosti et Interfax. Le site de sa campagne, www.eshevchuk.ru, revendique 76,4% des suffrages du deuxième tour

Pression russe

Anatoli Kaminski, le candidat soutenu par Moscou, a pour sa part obtenu 22,6% des voix. Il avait remporté 26,48% des voix au premier tour le 11 décembre. Des résultats officiels devaient être annoncés dans la journée et M. Chevtchouk devait s'exprimer lundi vers 14h00 (13h00 suisses).

Le premier tour avait consacré l'élimination du président sortant Igor Smirnov, qui contrôlait pourtant d'une main de fer cette petite région séparatiste depuis 1990. La Transnistrie avait proclamé son indépendance de la Moldavie et une courte guerre avait eu lieu en 1992.

La Russie avait fait pression sur M. Smirnov pour qu'il ne se représente pas, ouvrant une enquête criminelle à l'encontre de son fils et soutenant la candidature du président du Parlement local, M. Kaminski.

Départ de Smirnov important

Un diplomate russe a indiqué au quotidien russe «Kommersant» que Moscou pouvait se satisfaire de l'élection de M. Chevtchouk, l'important étant le départ d'Igor Smirnov. «Notre objectif principal a été atteint. Smirnov n'est plus président. Dans ce contexte, il nous est égal qui est élu dirigeant de la république, Chevtchouk ou Kaminski».

Il s'agit cependant de la deuxième défaite d'un candidat du Kremlin dans une région séparatiste pro-russe. Fin novembre en Ossétie du Sud - territoire sécessionniste de Géorgie -, l'opposante Alla Djioeva a battu le favori de la Russie, Anatoli Bibilov. Mais les autorités locales ont annulé ce résultat et annoncé de nouvelles élections en mars.

Aucune reconnaissance

La Transdniestrie survit économiquement essentiellement grâce au soutien de la Russie, qui dispose sur place de troupes dites de maintien de la paix. Aucun pays au monde n'a reconnu l'indépendance de ce territoire de 555'000 habitants, coincé entre le fleuve Dniestr et l'Ukraine.

M. Chevtchouk, un ancien policier entré en politique en 2000, a fait campagne en insistant sur l'importance de la préservation des liens avec la Russie. Ce territoire à majorité russophone avait été rattachée à la Moldavie roumanophone sous Staline, lorsque l'armée rouge a conquis ces territoires à la fin de la deuxième guerre mondiale.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

Les conservateurs crient victoire

Les conservateurs ont revendiqué la victoire aux législatives de vendredi en Iran. Le scrutin a été marqué par une...

    24.02.2020 00:01
Premium

VIOLENCESJournaliste,  vocation à haut risqueJournaliste,  vocation à haut risque

Journaliste, vocation à haut risque

Avec près de mille tués en dix ans, le bilan payé en vies humaines par les médias est lourd. Les pays en paix ne sont...

  24.02.2020 00:01
Premium

COVID-19Le virus affole l’ItalieLe virus affole l’Italie

Le virus affole l’Italie

Les autorités de la Péninsule confinent onze localités lombardes pour faire face à l’explosion des cas dans le pays.

  24.02.2020 00:01
Premium

Sanders l’emporte au NevadaSanders l’emporte au Nevada

FRANCEFillon fait face à ses jugesFillon fait face à ses juges

Fillon fait face à ses juges

Le procès de l’ancien premier ministre dans l’affaire des faux assistants parlementaires s’ouvre aujourd’hui à Paris.

  24.02.2020 00:01
Premium

Top