26.05.2018, 18:40

France: marée humaine dans les rues contre la politique de Macron

chargement
A Paris, la police a fait part de 35 interpellations, dont 26 gardes à vue suite à de brefs incidents.

Manifestation Samedi, une importante partie de la population française a manifesté dans l'ensemble du pays. Des syndicats, partis politiques et associations avaient appelé à une marée humaine contre la politique d'Emmanuel Macron.

Des milliers de personnes ont défilé samedi dans les rues de Paris et en province avec l'espoir de former une "marée populaire" contre la politique d'Emmanuel Macron. Le président français a prévenu par avance que "ça ne l'arrêtera pas".

Cette "super fête à Macron", dixit Jean-Luc Mélenchon, a rassemblé 280'000 personnes dans le pays, dont 80'000 à Paris, selon les organisateurs. Les autorités en ont dénombré 93'315, dont 21'000 à Paris et 72'315 en province. Les manifestants ont défilé à l'appel d'une soixantaine de syndicats (CGT, Solidaires, Sud PTT, Unef...), partis politiques (La France insoumise, PCF, EELV, Générations, NPA...) et associations.

 

 

Diversité des causes

La diversité des causes s'illustrait dans les slogans chantés par les manifestants - retraités, personnel hospitalier, chercheurs, salariés d'Air France ou d'Aéroports de Paris - rassemblés dans le centre de Paris, entre gare de l'Est et Bastille. "Macron, méprisant de la République", brocardait une pancarte ciglée PCF représentant Emmanuel Macron en monarque. "Mai 1968, Mai 2018: 50 fois plus de raisons de se révolter", affichaient des autocollants de Lutte ouvrière.

"Jupiter, on va te faire redescendre sur terre", "Macron usurpateur des voix du peuple de gauche", ou "SNCF mon amour", pouvait-on lire sur des pancartes nantaises.

Dans la capitale, la police a fait part de 35 interpellations, dont 26 gardes à vue. Des incidents ont brièvement éclaté entre des personnes encagoulées et les forces de l'ordre près de la Bastille, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Il était un petit Macron"

Dans une ambiance bon enfant, entre 5000 (police) et 8000 personnes (organisateurs) ont défilé à Toulouse sous des bêlements de prétendus moutons, autour d'une pieuvre géante à l'effigie d'Emmanuel Macron, brandissant une étiquette de "fainéant", "cynique", "cheminot, "artiste", "précaire", "soignant" ou "retraité".

"Il était un petit Macron, il était un petit Macron, qui n'avait ja-ja-jamais galéré...", a chanté à Grenoble le cortège de manifestants (1900 selon la police). Ils étaient 2500 à Montpellier, 1500 à Strasbourg, 1200 à Lyon, selon la police.

A Nantes, des incidents ont éclaté lorsque le cortège de tête, composé d'une centaine de militants anticapitalistes vêtus de noir, est passé devant la préfecture, a constaté une journaliste de l'AFP. De nombreux manifestants arboraient un gant rouge, en soutien à l'étudiant de 21 ans qui a eu la main arrachée mardi sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes en ramassant une grenade.

"Colère sociale"

A l'inverse de la CGT, l'Unsa, la CFDT et FO ont refusé de participer aux défilés, comme le PS.

Emmanuel Macron a averti vendredi que la marée humaine, "ça ne nous arrête pas". "J'écoute les gens en permanence" mais "ça ne veut pas dire être la girouette de l'opinion publique et donc j'assume de ne pas présider à la lumière des sondages ou des manifestations parce qu'on l'a trop fait", a ajouté le président sur BFMTV.

 

 

Mais, pour le numéro un communiste Pierre Laurent, défilant à Paris, "la colère sociale est en train de monter" face à un pouvoir "qui n'écoute personne dans un système monarchique".

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

ScandaleFrance voisine: moquée par les secours au téléphone, elle décède peu aprèsFrance voisine: moquée par les secours au téléphone, elle décède peu après

ViolencesFrance: 109 gardes à vue après les violences du 1er mai à ParisFrance: 109 gardes à vue après les violences du 1er mai à Paris

QUARANTAINEFrance - Etats-Unis: où est passé l'arbre planté par Trump et Macron il y a une semaine ?France - Etats-Unis: où est passé l'arbre planté par Trump et Macron il y a une semaine ?

Transports publicsGrève à la SNCF: cinq TGV maintenus entre la France et la SuisseGrève à la SNCF: cinq TGV maintenus entre la France et la Suisse

Top