18.10.2020, 17:06

France: des milliers de personnes rassemblées à Paris en hommage au professeur décapité

chargement
Certains manifestants brandissaient la une de Charlie Hebdo "Tout ça pour ça", publiée début septembre à l'occasion de l'ouverture du procès des attentats de 2015.

Islamisme A Paris, des dizaines de milliers de personnes ont rendu hommage au professeur lâchement assassiné par un islamiste tchétchène. Plusieurs personnalités politiques de tous bords étaient également présentes dans la capitale.

Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées dimanche partout en France pour rendre hommage à un professeur, décapité vendredi pour avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet. Cet attentat islamiste a suscité émotion et effroi dans le pays.

 

 

A Paris, c’est l’emblématique place de la République, épicentre de l’énorme défilé du 11 janvier 2015 après les attentats djihadistes contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher, qui a été choisie. Pancartes à la main, «Je suis prof», «Non au totalitarisme de la pensée», «Liberté d’expression, liberté d’enseigner», les manifestants ont salué dans le calme la mémoire de cet enseignant.

D’autres manifestations se tenaient dans les grandes villes françaises, comme Lille, Lyon ou Nice.

«Nous n’avons pas peur»

Plusieurs personnalités politiques de tous bords étaient présentes à Paris: le Premier ministre Jean Castex, la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo, la présidente de droite de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, le chef de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon, ou l’ancien chef de l’Etat socialiste François Hollande.

 

 

«Vous ne nous faites pas peur. Nous n’avons pas peur. Vous ne nous diviserez pas. Nous sommes la France !», a tweeté Jean Castex, images de la manifestation à l’appui.

Certains manifestants portaient des pancartes où étaient affichées des caricatures de Mahomet publiées par Charlie Hebdo. Des Marseillaises ont été entonnées.

Emotion

Guigané, 34 ans et médiatrice socio-culturelle en région parisienne, son fils de quatre ans sur les épaules, est venue rendre hommage au professeur assassiné et «s’indigner contre cet acte odieux et affreux». «Il ne faut pas que cette violence s’installe et devienne notre quotidien, ni qu’on s’y habitue», affirme-t-elle.

Vendredi après-midi, ce père de famille de 47 ans a été décapité près du collège où il enseignait l’histoire-géographie à Conflans-Sainte-Honorine, dans la banlieue ouest de Paris. Son assaillant, un réfugié russe d’origine tchétchène de 18 ans, a ensuite été abattu par la police.

 

En plein débat le séparatisme religieux, l’assassinat a profondément choqué le pays. Dès samedi, à Conflans-Sainte-Honorine, un millier de parents, élus ou simples citoyens se sont rassemblés avec émotion samedi devant le collège où travaillait la victime.

Les élèves étaient particulièrement affectés, à l’instar de Marie, lycéenne venue devant son ancien établissement déposer des fleurs en hommage à son ancien professeur. «Je me souviens de son cours sur la liberté d’expression. On avait parlé de Charlie, on avait fait des dessins qui sont encore accrochés dans le collège», explique-t-elle.

- Repérages -

Le père d’un élève, placé en garde à vue, s’était indigné de ce cours dans plusieurs vidéos, rendant public sur internet le nom du professeur et l’adresse du collège. Il est allé rencontrer la principale pour demander son renvoi. Le professeur avait ensuite reçu plusieurs appels de menaces.

Connu pour des antécédents de droit commun mais pas des services de renseignements pour radicalisation, le tueur avait procédé à des repérages vendredi après-midi près du collège, selon M. Ricard.

 

 

Un message adressé à Emmanuel Macron, «le dirigeant des infidèles», expliquant vouloir se venger de celui «qui a osé rabaisser» le prophète et la photo de sa victime décapitée ont été retrouvés dans son téléphone. Ils avaient également été postés sur Twitter.

Au total, onze personnes ont été interpellées et placées en garde à vue depuis vendredi soir, notamment des proches de l’assaillant, mais aussi certaines personnes ayant livré le professeur à la vindicte sur les réseaux sociaux.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

JusticeFrance: une 11e personne en garde à vue dans l'affaire du professeur décapitéFrance: une 11e personne en garde à vue dans l'affaire du professeur décapité

EnquêteFrance: un militant islamiste en garde à vue Paris après la décapitation d’un professeurFrance: un militant islamiste en garde à vue Paris après la décapitation d’un professeur

SpectaculaireFrance: un commissariat de police attaqué aux mortiers d’artifice près de ParisFrance: un commissariat de police attaqué aux mortiers d’artifice près de Paris

TerrorismeAttaque au hachoir à Paris: le suspect «assume son acte»Attaque au hachoir à Paris: le suspect «assume son acte»

agressionDeux blessés à l’arme blanche à Paris près des anciens locaux de Charlie Hebdo: un suspect arrêtéDeux blessés à l’arme blanche à Paris près des anciens locaux de Charlie Hebdo: un suspect arrêté

TerrorismeFrance – Professeur assassiné: opérations en cours contre «des dizaines» d’individusFrance – Professeur assassiné: opérations en cours contre «des dizaines» d’individus

Top