Grèce: accord avec les créanciers en vue, mais pas à n'importe quel prix

chargement

Grèce Alexis Tripras affirme qu'il n'acceptera pas des exigences "illogiques" de la part des créanciers au sujet du règlement de la dette grecque. Par ailleurs, le premier ministre se dit persuadé que son pays parviendra à négocier un nouvel emprunt.

  11.02.2017, 18:44
Pour Alexis Tsipras, "les créanciers de la Grève devraient se montrer plus prudents envers un pays qui a été pillé et un peuple qui a fait et continue de faire tant de sacrifices au nom de l'Europe".

Le premier ministre grec Alexis Tsipras s'est déclaré samedi convaincu que le nouvel examen de l'avancement du plan d'aide financière accordé à son pays aboutirait à une conclusion favorable. Il a toutefois répété qu'Athènes n'accepterait aucune exigence "illogique" de ses créanciers. Il a conseillé à toutes les parties prenantes d'être "plus prudentes envers un pays qui a été pillé et un peuple qui a fait et continue de faire tant de sacrifices au nom de l'Europe".

La Grèce et ses bailleurs de fonds ont bien avancé vendredi sur les réformes à mettre en oeuvre pour permettre à Athènes de recevoir une nouvelle tranche d'aide, a déclaré le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem. La "revue" de l'application de l'accord de 2015 "sera achevée et elle sera achevée favorablement, sans concessions sur les principes", a dit M. Tsipras lors d'une réunion de son parti, Syriza. Un accord entre Athènes et ses créanciers faciliterait grandement le remboursement de 7,2 milliards d'euros de dettes publiques arrivant à échéance en juillet.

 

 

Nouvelle visite ces prochains jours

L'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI) demandent à la Grèce des nouvelles réformes représentant 1,8 milliard d'euros, l'équivalent de 1% du produit intérieur brut (PIB), d'ici 2018 et 1,8 milliard supplémentaire après 2018. Des mesures censées privilégier l'élargissement de l'assiette fiscale et la réduction du coût du système de retraites. 

Mais le gouvernement Tsipras n'entend pas imposer de nouvelles baisses de revenus à des retraités qui ont déjà subi 11 mesures de réduction de leurs pensions depuis 2010. Une délégation des créanciers est attendue à Athènes dans les prochains jours pour évaluer les réformes censées avoir été mises en application ces derniers mois. "Nous sommes prêts à discuter de tout dans le cadre de l'accord (de sauvetage) et dans la limite du raisonnable, mais pas de choses au-delà du cadre de l'accord ni au-delà de la raison", a déclaré Alexis Tsipras. "Nous ne discuterons pas de demandes qui ne sont pas fondées sur la logique et les chiffres", a-t-il ajouté.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

DangerGrèce: quelque 70'000 personnes évacuées à cause d'une bombe de la Seconde Guerre mondialeGrèce: quelque 70'000 personnes évacuées à cause d'une bombe de la Seconde Guerre mondiale

MigrationsGrèce: six ressortissants turcs demandent l'asile, affirmant fuir les purgesGrèce: six ressortissants turcs demandent l'asile, affirmant fuir les purges

Solidarité internationaleGrèce: des ambulances suisses partent aider les réfugiésGrèce: des ambulances suisses partent aider les réfugiés

AsileRéfugiés coincés en Grèce: la Suisse ne tient pas ses promesses, dénonce Amnesty InternationalRéfugiés coincés en Grèce: la Suisse ne tient pas ses promesses, dénonce Amnesty International

PresseGrèce: arrêt de parution du plus grand journal grecGrèce: arrêt de parution du plus grand journal grec

Top