L'armée déployée dans les rues de Bogota après de violentes manifestations

chargement

Colombie Monde paysan et étudiants sont dans la rue en Colombie. De violents manifestations les opposent aux forces de l'ordre. A tel point que l'armée est déployée.

Par ATS
  30.08.2013, 17:30
La police colombienne devant la place principale de la capitale Bogota durant un affrontement avec des étudiants, ce jeudi.

Le président colombien Juan Manuel Santos a ordonné vendredi à l'Armée de se déployer de manière visible à travers Bogota. Il a pris cette décision à la suite de violentes manifestations paysannes qui ont semé le chaos dans la capitale et fait deux morts.

Les manifestants protestent contre la politique agricole et commerciale du gouvernement, qui, selon eux, entraîne une paupérisation de leur secteur d'activité. Les étudiants ont rejoint leur mouvement.

«Il est inacceptable, inacceptable que les actes de quelques-uns aient des retombées sur la vie de la majorité», a déclaré le chef de l'Etat. «Hier, j'ai ordonné la militarisation de Bogota, et je ferai de même dans tout autre région où la présence de l'armée s'imposera», a-t-il ajouté. «Aucune manifestation, aussi juste soit sa cause, ne justifie qu'il y ait des morts», a-t-il averti en assurant : «Nous ne laisserons pas ces voyous s'en tirer comme ça».

Un total de 50'000 soldats seront également déployés en province pour «assurer la mobilité sur nos routes» et des «pont aériens» pourront être organisés pour assurer l'acheminement de denrées qui commencent à manquer dans certaines villes, du fait des blocages routiers mis en place depuis le 19 août par les paysans en colère, a ajouté le président colombien.

Peu après l'annonce de M. Santos, Eberto Diaz, porte-parole de la Table nationale de dialogue agraire, qui coordonne le mouvement, a annoncé que les leaders paysans avaient entamé une «réunion d'évaluation» pour déterminer leurs actions à venir. Ce dernier a regretté que «la répression et la militarisation» constituent «l'unique réponse» du gouvernement à leurs revendications.

Le président colombien a pris la mesure des événements après pratiquement deux semaines de blocage des routes et d'affrontements avec la police, qui se sont étendus jeudi à d'autres villes que Bogota. La police a tiré des gaz lacrymogènes dans le centre de Bogota et un couvre-feu a été instauré dans trois quartiers densément peuplés de la capitale pour contrôler les troubles.

Centaines d'individus cagoulés

Jeudi, les manifestants, qui frappaient des casseroles en signe de colère et étaient répartis en 15 cortèges, ont convergé vers la Plaza Bolivar, où se trouvent le palais présidentiel et le Congrès (parlement). D'autres manifestations ont eu lieu à Medellin, à Cali et dans d'autres villes.

La manifestation de Bogota est restée globalement pacifique jusqu'à ce que quelques centaines d'individus cagoulés ne se livrent à des saccages sur la place Bolivar, dévastant dans le centre-ville magasins, banques et arrêts de bus.

Le président Santos est confronté à la crise la plus sérieuse depuis son investiture en 2010, a déclaré qu'il allait lever les droits de douane pesant sur 23 produits, afin de faire baisser les coûts de production agricole. Il a dit en outre étudier d'autres solutions durables aux problèmes du secteur agricole.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
En directCoronavirus: en Allemagne, le taux d'incidence remonte à son niveau de maiCoronavirus: en Allemagne, le taux d'incidence remonte à son niveau de mai

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 22 octobreCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 22 octobre

DrameEtats-Unis: Alec Baldwin «dévasté» après son tir fatal lors d’un tournageEtats-Unis: Alec Baldwin «dévasté» après son tir fatal lors d’un tournage

JusticeFrance: le complotiste Rémy Daillet inculpé pour projet de coup d’Etat et attentatsFrance: le complotiste Rémy Daillet inculpé pour projet de coup d’Etat et attentats

Le complotiste Rémy Daillet inculpé

Figure des milieux complotistes, le Français Rémy Daillet est soupçonné d’être le cerveau d’un groupe d’ultradroite qui...

  22.10.2021 13:03

AnalysePourquoi la flambée des prix de l’essence et de l’énergie fait peur à la FrancePourquoi la flambée des prix de l’essence et de l’énergie fait peur à la France

Top