L'étrange discours de Clint Eastwood à la convention républicaine

chargement

politique Le discours du réalisateur Clint Eastwood en soutien à Mitt Romney a suscité bien des commentaires à la convention du Parti républicain à Tampa, en Floride.

  31.08.2012, 16:10
L'acteur américain Clint Eastwood, 82 ans, parle à un imaginaire du président américain, Barack Obama, assis dans une chaise vide sur scène lors de la convention nationale du parti républicain lors du Forum de Tampa Bay Times en Floride.

Bizarre, bizarre. La prestation de Clint Eastwood, un étrange discours de soutien à Mitt Romney en forme de dialogue avec la chaise vide de Barack Obama, a suscité bien des commentaires et des interrogations à la fin de la convention du Parti républicain à Tampa, en Floride.

L'acteur et réalisateur américain de 82 ans a improvisé jeudi soir un discours face à des millions de téléspectateurs, debout derrière le pupitre à côté d'une chaise vide censée représenter le président sortant. Clint Eastwood a reproché à Barack Obama d'avoir manqué à ses promesses et déclaré qu'il était temps pour Mitt Romney et son colistier Paul Ryan de prendre les choses en main.

"Monsieur le président, que faites-vous des promesses que vous avez lancées lorsque vous faisiez campagne, et que faites-vous? Je veux dire, qu'est-ce que vous dites aux gens?", a-t-il ainsi demandé à la chaise vide sur l'estrade. "Quand quelqu'un ne fait pas le boulot, il faut s'en séparer", a ajouté l'interprète de l'inspecteur Harry en se passant un doigt sous la gorge.

La foule a salué l'arrivée de l'acteur-réalisateur aux cris de "Go ahead, make my day" ("Vas-y, allez, fais-moi plaisir" en version française du film), la réplique culte de l'inspecteur Harry, mais en coulisse, des conseillers de Mitt Romney ont tiqué devant le spectacle.

Le site de micro-blogging Twitter s'est enflammé immédiatement, les internautes se moquant du réalisateur de "Million Dollar Baby".

Le plus éminent d'entre eux a été Barack Obama lui-même, qui a répondu par l'humour en publiant une photo de lui dans son fauteuil à la Maison Blanche, de dos, sa tête dépassant du dossier, accompagnée de cette légende: "Ce fauteuil est pris."

"Clint a désormais dépassé le nombre total de mots de ses trois derniers films", a écrit le critique de cinéma Richard Roeper pendant le discours, qui devait durer cinq minutes mais a approché les 12 minutes.

"Clint, mon héros, donne la sensation d'être triste et pathétique", a écrit sur Twitter le critique de cinéma Roger Ebert, ajoutant: "Il n'avait pas besoin de s'infliger ça à lui-même. Cela n'est pas digne de lui."

Howard Kurtz, présentateur de l'émission "Reliable Sources" sur CNN, a déclaré qu'il s'agissait "de l'épisode le plus bizarre qu'(il) ait jamais vu à une convention".

Clint Eastwood, conservateur sur les questions budgétaires mais libéral sur les sujets de société comme le mariage des couples homosexuels, a été maire de la ville de Carmel, en Californie. Il reviendra sous les projecteurs le 21 septembre, mais cette fois pour la sortie de son nouveau film, "Trouble With the Curve".


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
En directCoronavirus: une radio alémanique lance une loterie pour encourager la vaccinationCoronavirus: une radio alémanique lance une loterie pour encourager la vaccination

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du 24 juilletCoronavirus: toutes les nouvelles du 24 juillet

COVID-19Coronavirus: la France craint le grand incendieCoronavirus: la France craint le grand incendie

pandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 23 juilletCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 23 juillet

Carnet noirL’humoriste français Jean-Yves Lafesse est mort à 64 ansL’humoriste français Jean-Yves Lafesse est mort à 64 ans

Top