La police attaque deux chaînes de télévision proches de l'opposition en Turquie

chargement

Elections La police turque a pris de force le contrôle de deux chaînes de télévision proches de l'opposition mercredi à Ankara. Dans leur programme, les chaînes de télévision ont dénoncé un nouvel exemple de la dérive autoritaire du président Erdogan.

  28.10.2015, 18:12
En direct devant les caméras, des policiers en tenue antiémeute ont pris d'assaut mercredi au petit matin à Istanbul le siège de Bugün TV et Kanaltürk.

A quatre jours des élections législatives, la police turque a pris de force le contrôle de deux chaînes de télévision proches de l'opposition. Ankara a par ailleurs confirmé que le responsable de l'attentat-suicide du 10 octobre était le groupe djihadiste Etat islamique (EI).

En direct devant les caméras, des policiers en tenue antiémeute ont pris d'assaut mercredi au petit matin à Istanbul le siège de Bugün TV et Kanaltürk. Dans leur programme, les chaînes de télévision ont dénoncé un nouvel exemple de la dérive autoritaire du président Recep Tayyip Erdogan.

Leur propriétaire, la holding Koza-Ipek, a fait l'objet lundi d'une mise sous tutelle judiciaire très controversée. Elle est réputée proche de l'imam Fethullah Gülen, devenu "l'ennemi public numéro 1" du chef de l'Etat depuis l'hiver 2013. A cette date, un retentissant scandale de corruption qui visait directement l'entourage du président avait éclaté.

Les forces de l'ordre ont d'abord dispersé les salariés du groupe qui défendaient leur siège derrière un mur de pancartes "Bugün ne se taira pas" avec des gaz lacrymogènes et des canons à eau. Ils ont ensuite forcé l'entrée du bâtiment avec d'énormes pinces coupantes, selon les images retransmises par Bugün TV sur son site internet.

Des policiers et un des nouveaux administrateurs de la société nommés par la justice ont ensuite investi la régie des deux télévisions. Ils en ont pris le contrôle manu militari, malgré l'opposition d'un de ses rédacteurs en chef. "Quel est votre titre? Ici, c'est ma chaîne", leur a lancé Tarik Toros.

Arrestations et injures

Pendant ce face-à-face dans les étages, des affrontements ont éclaté devant le bâtiment entre les manifestants, dont des députés de l'opposition, et la police. Plusieurs personnes ont été arrêtées, a rapporté la chaîne de télévision privée NTV.

Plusieurs centaines de protestataires étaient encore rassemblés dans l'après-midi devant le siège des deux télévisions. Un photographe de l'agence de presse AFP y a été insulté et frappé au visage par un policier en civil.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

pandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 23 juilletCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 23 juillet

Carnet noirL’humoriste français Jean-Yves Lafesse est mort à 64 ansL’humoriste français Jean-Yves Lafesse est mort à 64 ans

FragileAllemagne - Etats-Unis: un drôle de cessez-le-feu pour le gazAllemagne - Etats-Unis: un drôle de cessez-le-feu pour le gaz

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du jeudi 22 juilletCoronavirus: toutes les nouvelles du jeudi 22 juillet

InterviewInondations en Allemagne: «Le système d’alarme a été défaillant»Inondations en Allemagne: «Le système d’alarme a été défaillant»

Top