Le Caire: étudiant tué dans des heurts entre police et islamistes

chargement

EGYPTE Des affrontements entre la police et des islamistes ont entraîné la mort d'un étudiant samedi matin au Caire.

  28.12.2013, 18:33
L'étudiant a été tué alors que la police pénétrait dans le campus de l'université.

Un étudiant a été tué samedi au Caire et une centaine d'autres arrêtés lors d'affrontements entre la police et des partisans des Frères musulmans. Ces derniers ont incendié un bâtiment de l'université Al-Azhar, au lendemain de heurts ayant fait cinq morts à travers le pays.

Au total, ce sont plus de 350 manifestants pro-Morsi qui ont été arrêtés depuis vendredi. Les autorités, dirigées de facto par l'armée depuis la destitution le 3 juillet du président islamiste Mohamed Morsi, sont engagées dans une vaste répression contre la confrérie, considérée depuis mercredi comme une "organisation terroriste".

La police a annoncé avoir désamorcé une bombe placée dans un bus au Caire, quelques jours après une explosion ayant fait plusieurs blessés dans la capitale.

Examen interrompu

Dans l'université d'Al-Azhar, des étudiants islamistes ont interrompu un examen à la faculté de Commerce et mis le feu au bâtiment, provoquant une intervention des forces de l'ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogènes pour les disperser, a indiqué une source de sécurité.

Un responsable hospitalier a fait état de la mort d'un étudiant de 19 ans et un responsable de la police de l'arrestation de 101 personnes. L'incendie a été éteint par les pompiers après avoir ravagé deux étages.

Les partisans des Frères musulmans sont remontés contre la direction d'Al-Azhar, la plus haute institution sunnite, dont dépend l'université, qui a soutenu l'armée lors de la destitution de M. Morsi début juillet.

Quatorze blessés

Toujours samedi, les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes contre des étudiants à l'université de Zagaziq, au nord du Caire, selon des responsables de sécurité. Au moins 14 personnes ont été blessées dans les heurts à Zagaziq et au Caire, a rapporté le ministère de la Santé.

Défiant la répression, les partisans de M. Morsi avaient appelé à manifester vendredi au Caire et partout dans le pays. Des heurts ont éclaté dans plusieurs villes avec les forces de l'ordre, mais surtout avec des opposants aux Frères musulmans. Ils ont fait au total cinq morts, selon un dernier bilan donné samedi par le ministère de la Santé.

Au total, 265 "éléments des Frères musulmans" ont été arrêtés pendant ces affrontements, selon le ministère de l'Intérieur, dont le porte-parole Hany Abdel Latif a accusé les manifestants d'avoir utilisé des armes à feu et des bombes incendiaires.

"Eliminer" les terroristes

L'homme fort du nouveau pouvoir, le général Abdel Fattah al-Sissi, chef de l'armée, avait promis jeudi d'"éliminer" les terroristes et de rétablir la "stabilité" dans le pays, après deux attentats en deux jours.

Mardi, un attentat-suicide à la voiture piégée contre un bâtiment de la police a fait 15 morts à Mansoura (nord) et jeudi matin, un attentat visant un bus a fait cinq blessés dans le nord du Caire.

L'attentat de Mansoura a été revendiqué par un mouvement djihadiste, Ansar Beit al-Maqdess, et condamné par les Frères musulmans, mais le gouvernement considère la confrérie comme responsable de cette attaque.

Parti interdit

Les dirigeants de la confrérie risquent désormais la peine capitale pour "Terrorisme", selon le ministère de l'Intérieur. Quant à ses membres, ils sont interdits de manifestation, et le journal du mouvement, "Liberté et Justice", a été définitivement interdit, de même que le parti du même nom, qui avait remporté toutes les élections organisées depuis la révolte de 2011.

Depuis la destitution de M. Morsi, l'Egypte est entrée dans un engrenage de violences. Les autorités répriment dans le sang les islamistes, et les plus radicaux d'entre eux mènent des attaques qui ont tué plus d'une centaine de policiers et de soldats.

Les autorités accusent régulièrement la confrérie d'aider et de financer les attentats contre les forces de l'ordre, sans toutefois apporter la preuve des liens entre les djihadistes et les Frères musulmans, tenants d'un islam politique plus modéré. Selon des experts, les Frères musulmans pourraient désormais se radicaliser.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

EnlèvementEnlèvement de Mia: le complotiste Rémy Daillet et sa famille expulsés de MalaisieEnlèvement de Mia: le complotiste Rémy Daillet et sa famille expulsés de Malaisie

DiplomatieLe G7 est en quête d’unité face à la Chine et la pandémieLe G7 est en quête d’unité face à la Chine et la pandémie

live
En directCoronavirus: la restauration veut utiliser la TVA pour rembourser les prêts CovidCoronavirus: la restauration veut utiliser la TVA pour rembourser les prêts Covid

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du 12 juinCoronavirus: toutes les nouvelles du 12 juin

sain et sauf…Insolite: un pêcheur sain et sauf après avoir été «avalé» par une baleineInsolite: un pêcheur sain et sauf après avoir été «avalé» par une baleine

Top