Le dépeceur du Gard prend 30 ans de prison

chargement

justice L'homme qui avait tué sa compagne en 1998 avant de la donner à manger aux chiens dans le sud de la France écopera de trente année de prison.

  28.06.2012, 12:29
L'horrible meurtre avait eu pour théâtre la maison familiale à Aveze dans le Gard (sud de la France).

Christian Carrié, un homme de 51 ans accusé d'avoir tué son ex-compagne en 1998 dans le Gard, de l'avoir découpée en morceaux et donné ensuite à manger aux chiens, a été condamné mercredi soir à une peine de 30 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises d'appel du Vaucluse.

Les jurés ont confirmé après trois heures de délibéré le verdict de première instance rendu le 1er juillet 2011 par la cour d'assises du Gard. L'avocate générale Isabelle Tourn avait réclamé une peine identique.
 
Surnommé "le dépeceur du Gard", Christian Carrié était jugé pour avoir donné la mort à son ex-compagne en présence de leur fille de deux ans, à Avèze (Gard), au mois d'août 1998. Il s'était ensuite débarrassé du corps en le découpant, en jetant une partie dans des conteneurs publics et en donnant le reste à manger à ses chiens.
 
Pendant treize ans, il avait tenté de faire "revivre" sa victime en donnant de prétendues nouvelles à ses proches.
 
Au premier jour de son procès lundi, à Avignon, l'accusé, berger de profession, a provoqué un coup de théâtre. Il a avoué, lors d'un dialogue avec leur fille aujourd'hui âgée de 16 ans, avoir, lors d'une dispute et dans une réaction de défense, selon lui, poignardé son ex-concubine Djamila Iftene, de quinze ans sa cadette. Il avait initialement reconnu les faits devant le juge, avant de se rétracter et de clamer haut et fort son innocence, en affirmant avoir avoué pour retourner plus vite "à la maison". Il a tenté cette semaine de justifier son geste, au cours des débats, par la volonté de protéger leur fille.
 
En 2006, huit ans après la disparition de sa mère, la fille du couple avait raconté à une juge des enfants le cauchemar fréquent qu'elle faisait et dans lequel elle voyait son père tuer sa mère d'un coup de couteau. Christian Carrié a également été mis en cause à cette époque pour avoir agressé sexuellement sa fille.
 
Les investigations techniques et scientifiques menées par les gendarmes de la Section de recherches de Nîmes dans la maison du couple et sur plusieurs terrains leur appartenant n'ont jamais permis de retrouver le corps de Djamila, ni de trace ADN la concernant, ni même celle des chiens dont l'accusé dira s'être séparé juste après les faits.  

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles de ce dimanche 17 octobreCoronavirus: toutes les nouvelles de ce dimanche 17 octobre

InsoliteBande dessinée : le scénario inachevé d’un « Astérix » a été retrouvé dans les archives familialesBande dessinée : le scénario inachevé d’un « Astérix » a été retrouvé dans les archives familiales

IntempériesInde: au moins 25 morts dans des inondations et glissements de terrainsInde: au moins 25 morts dans des inondations et glissements de terrains

ColèrePologne: quelques milliers de personnes manifestent contre les refoulements de migrants à la frontièrePologne: quelques milliers de personnes manifestent contre les refoulements de migrants à la frontière

TerrorismeMeurtre d’un député britannique: le suspect avait suivi un programme de déradicalisationMeurtre d’un député britannique: le suspect avait suivi un programme de déradicalisation

Top