Les militaires de la dictature pris à partie par les étudiants à Rio

chargement

Brésil "assassins", "tortionnaires" ont scandé des centaines d'étudiants devant le Club militaire de Rio.

Par ats/afp
  30.03.2012, 07:38
1/2  

Des centaines d'étudiants ont manifesté jeudi aux cris "d'assassins" et de "tortionnaires" devant le Club militaire de Rio. Des gradés à la retraite y étaient réunis pour un déjeuner-débat d'anniversaire des 48 ans du coup d'Etat qui a instauré la dictature (1964-85).

"Militaires! Lâches! Nous attendons la vérité", scandaient les manifestants, souvent des proches des familles de victimes de la dictature qui a fait 400 morts et disparus.

A la différence des autres pays du cône sud latino-américain, les crimes de la dictature, couverts par une loi d'amnistie de 1979 - récemment confirmée par la Cour suprême -, n'ont jamais donné lieu à des poursuites judiciaires.

Néanmoins, une Commission de la vérité a été créée récemment au parlement, au grand dam des militaires.

Des tortionnaires octogénaires

Massés sur l'avenue Rio Branco au centre de Rio, les manifestants insultaient tous les gradés qui sortaient de l'édifice après leur réunion, tandis qu'ils s'engouffraient dans une station de métro proche, protégés par un cordon de policiers avec masque à gaz et bouclier.

Certains des militaires, souvent octogénaires, qui allaient prendre un taxi étaient suivis par un groupe de manifestants qui continuaient à les traiter d'assassins.

Angela Barroso, une avocate à la retraite, a déclaré à l'AFP qu'"en 1968, alors qu'elle était étudiante en droit, elle avait été arrêtée à l'université, torturée et écrouée pendant cinq mois". "Ils voulaient que je donne des noms et ont fini par me relâcher parce que je n'appartenais à aucune cellule", a-t-elle dit ajoutant "qu'on oublie jamais la torture".

La loi d'amnistie a permis le retour des exilés politiques, mais elle protège également les tortionnaires et beaucoup demandent sa révision, dont la Cour interaméricaine des droits de l'homme.

Le Brésil reconnaît officiellement 400 morts et disparus pendant le régime militaire, contre 30'000 en Argentine et plus de 3200 au Chili.


 
 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du samedi 23 octobreCoronavirus: toutes les nouvelles du samedi 23 octobre

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 22 octobreCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 22 octobre

DrameEtats-Unis: Alec Baldwin «dévasté» après son tir fatal lors d’un tournageEtats-Unis: Alec Baldwin «dévasté» après son tir fatal lors d’un tournage

JusticeFrance: le complotiste Rémy Daillet inculpé pour projet de coup d’Etat et attentatsFrance: le complotiste Rémy Daillet inculpé pour projet de coup d’Etat et attentats

Le complotiste Rémy Daillet inculpé

Figure des milieux complotistes, le Français Rémy Daillet est soupçonné d’être le cerveau d’un groupe d’ultradroite qui...

  22.10.2021 13:03

AnalysePourquoi la flambée des prix de l’essence et de l’énergie fait peur à la FrancePourquoi la flambée des prix de l’essence et de l’énergie fait peur à la France

Top