Les Restos du cœur entament lundi leur 30e campagne hivernale

Triste constat pour les 30 ans des Restos du coeur: le nombre d'inscrits a franchi en 2013 le cap du million et "on s'attend malheureusement à atteindre de nouveau le million de bénéficiaires", explique le président de l'association, Olivier Berthe. Mais les dons stagnent. Il faut trouver des solutions.
07 août 2015, 14:29
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
People receive food from volunteers in a "Restaurant du Coeur", more commonly known as Restos du Coeur (Restaurants of the Heart), a French charity organization which distributes food packages and hot meals to the needy, in Nice, southern France, Monday, Nov. 26, 2012. The Restaurants du Coeur organization was founded by French comedian Coluche in 1985 after learning that surplus products cost more to store than to distribute for free to the poor. (AP Photo/Lionel Cironneau)

Cela fait 30 que Coluche lançait son cri du cœur en faveur des déshérités et réclamait l’ouverture des stocks européens à Strasbourg. Les restos du cœur allaient voir le jour. Plus de 5 000 bénévoles distribuent 8,5 millions de repas.

30 ans après, le constat est terrible. Lors de la campagne 2013-2014, l'association a dépassé pour la première fois le million de personnes inscrites dans ses centres, et servi 130 millions de repas.

Campagne hivernale 2014 - 2015

A partir d’aujourd’hui 24 novembre et jusqu’en mars, 2090 centres vont ouvrir quotidiennement ou plusieurs fois par semaine en France. Mais le souci, c’est que les dons stagnent. Il faut diversifier les sources de "revenus".

«Sans une action politique volontariste et très rapide pour encourager les dons agricoles, les Restos ne pourront plus faire face à l’augmentation du nombre de personnes à aider», avertit l’association sur son site.
Il faut que la loi Coluche, qui permet de déduire les dons des impôts soit élargie. Elle a été étendue en 2013 aux produits laitiers. Les Restos réclament maintenant qu'elle soit étendue «aux autres filières agro-alimentaires».

Les bénévoles, qui recevront la visite du premier ministre Manuel Valls à l’occasion de l’ouverture de cette 30e campagne, vont sans doute saisir l’occasion pour lui en parler.