Plus de 20 détenus tués dans une tentative d'évasion

chargement

NIGERIA Vingt-et-un détenus sont décédés lors d'une tentative d'évasion des locaux du quartier général de la police secrète (DSS) à Abuja, la capitale du Nigeria, a annoncé dimanche la porte-parole de ce service. Des militants du mouvement islamiste Boko Haram pourraient être impliqués.

  30.03.2014, 21:41

Alors que le QG des services de renseignements est tout proche de la résidence du président, l'affaire est embarrassante pour le pouvoir, même si l'implication de Boko Haram, évoquée sur des sites de journaux et sur les réseaux sociaux, n'a pas été confirmée officiellement.

Les forces de sécurité nigérianes sont impuissantes jusqu'à présent à abattre la sanglante rébellion Armée de Boko Haram dans le nord-est du pays, qui dure depuis bientôt cinq ans.

La tentative d'évasion a eu lieu à 07h15 (08h15 en Suisse) au moment de la distribution du repas, a indiqué dans un communiqué la porte-parole du Département des Services de l'Etat (DSS), Marilyn Ogar.

Deux employés blessés

Selon une source de sécurité, les détenus ont désarmé un des gardiens du centre, avant de s'emparer de son fusil et de lui tirer dessus.

Vingt-et-un détenus ont été tués et deux employés du DSS ont été gravement blessés, a précisé Mme Ogar, affirmant que la situation était désormais sous contrôle et qu'une enquête était en cours.

Des habitants du voisinage ont affirmé avoir entendu des tirs dimanche matin.

Chef de l'Etat pas ciblé

Le porte-parole du président Goodluck Jonathan, Reuben Abati, a minimisé l'incident, assurant que la résidence n'avait pas été touchée.

«Ce qui s'est passé dans le quartier général n'a rien à voir avec la villa (présidentielle). Le président est sain et sauf», a-t-il écrit.

Des soldats ont été amenés en renfort pour sécuriser la zone. La circulation, qui avait été détournée, était revenue à la normale dimanche soir, également selon Mme Ogar.

Plus de 1'000 tués au total récemment

Le DSS avait exhibé, le 3 mars, sept personnes soupçonnées d'être membres de Boko Haram, arrêtées pour le meurtre, le 1er février à Zaria (nord) d'Adam Albani, un important responsable religieux musulman qui avait critiqué le groupe dans les médias, au quartier général même.

Mais il n'est pas établi que les suspects, y compris le «cerveau» présumé de l'attentat, soient toujours dans l'établissement du DSS.

Lors du premier trimestre 2014, l'insurrection de Boko Haram, qui a commencé en 2009, a fait plus de 1'000 tués et a provoqué le départ de leurs foyers de 250'000 personnes dans les trois Etats du Nord-Est du pays touchés par les plus grandes violences, et où règne l'état d'urgence, selon le principal organisme de secours nigérian.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
En directCoronavirus: un "non" à la loi Covid ne menacerait pas le certificat à l'étrangerCoronavirus: un "non" à la loi Covid ne menacerait pas le certificat à l'étranger

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du samedi 16 octobreCoronavirus: toutes les nouvelles du samedi 16 octobre

ClimatSuède: Greta Thunberg n’attend «pas de grands changements» de la COP26Suède: Greta Thunberg n’attend «pas de grands changements» de la COP26

MémoireFrance: hommages à Samuel Paty dans sa ville, son collège et à l’ElyséeFrance: hommages à Samuel Paty dans sa ville, son collège et à l’Elysée

EnquêteNorvège: la conversion à l’islam du tueur à l’arc en questionNorvège: la conversion à l’islam du tueur à l’arc en question

Top